Passez une année géniale : il n’est pas trop tard pour agir

Passez une année géniale
©Lealnard – Fotolia

Je sais que nous sommes au mois de mars et que l’année 2018 est déjà sérieusement entamée, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Aussi je voudrais vous proposer sur quelques jours de faire un exercice, de suivre une démarche qui va vous aider, seul ou en famille, à prévoir une super année.

Cette démarche, en tout, ne devrait pas vous prendre plus d’une heure. C’est un bien maigre investissement pour bénéficier vraiment d’un supplément de temps, d’une meilleure organisation, de plus de succès et du sentiment d’avoir vraiment accompli quelque chose en 2018.

Je vous conseille tout d’abord de lire tous les articles les uns après les autres pour comprendre l’ensemble de la méthode avant de l’appliquer. Donc, ne commencez pas juste après cet article, mais lisez les suivants.

Il y a 9 étapes dans cette méthode. Je ne ferai pas systématiquement un article par étape, il pourra y en avoir un qui couvrira plusieurs étapes. Par exemple, aujourd’hui, nous allons voir les deux premières étapes.

Comment préparer cette démarche

Que vous soyez seul(e) ou à plusieurs, libérez un moment, par exemple en début de soirée, sans interruption ni distractions. Coupez votre téléphone ou mettez le dans un tiroir. Les notifications de Candy Crush ou de Facebook peuvent bien attendre quelques minutes.

Accordez-vous du temps pour vous.

Préparez un endroit confortable, des feuilles de papier et des stylos ou crayon pour chacun, et annoncez combien de temps cela va prendre, et l’objectif final de cette petite réunion : planifier une excellente année ensemble.

Tenez un calendrier à disposition, par exemple un de ces calendriers que l’on trouve dans les bureaux. C’est important que les personnes qui sont avec vous puissent visualiser, concrétiser le temps écoulé et le temps à venir de manière commune. J’ai une représentation mentale de l’année qui vient, vous avez une représentation de l’année écoulée : elles sont différentes car vous n’avez pas le même rythme de vie que moi. Des enfants à l’école n’ont pas la même représentation que des parents qui travaillent.

1. Commencez par un bilan

Pour savoir comment aller où on veut aller, il est indispensable de savoir où on est. Si vous regardez une carte et que vous cherchez à aller à Nemours, vous pouvez suivre plein de chemins pour y arriver. Si vous venez de Lyon mais que vous prenez le chemin qui vient de Paris, vous allez faire un looooong détour.

Il faut donc commencer par faire un bilan de l’année écoulée, un bilan honnête mais surtout un bilan optimiste et plein de gratitude.

Vous allez commencer par faire la liste des 3 ou 5 accomplissements de l’année écoulée. L’idée est de vous concentrer en premier lieu sur ce qui s’est passé de bien dans l’année écoulée, les événements qui vous ont marqués positivement. Ces événements peuvent être intérieurs (j’ai changé de travail) ou extérieurs (ma fille a eu un enfant). Ils ont eu un impact positif sur votre vie et se sont révélés être des étapes accomplies dans votre chemin de vie ou celui de votre famille.

Par exemple, vous pouvez avoir fait des choses nouvelles que vous ne saviez pas que vous pouviez faire, vous avez achevé des projets, vous avez construit quelque chose. Ces événements sont personnels ou communs, mais ils ont un impact sur tout le monde, ou sur la plupart des membres de votre famille, de votre groupe.

Prenez chacun une feuille, et notez de 3 à 5 événements par personne.

Ensuite confrontez ces événements pour en tirer les éléments les plus importants.

2. Ce qui vous a manqué

Après avoir commencé sur une note positive, on va faire un peu d’introspection du côté moins optimiste et on va tester ses limites, ses challenges, ses frustrations.

Dans cette deuxième étape, on va voir ce qui n’a pas fonctionné. Les choses qu’on n’a pas encore réussit à faire, les changements qui ont été reportés, les mauvaises habitudes qui ont persisté.

On apprend de ses réussites, on apprend aussi souvent de ses échecs, car ceux-ci pointent sur les choses qu’on ne sait pas faire, sur les choses qu’on fait mal, sur les domaines où nous pouvons faire des progrès pour réconcilier ce que nous sommes avec ce que nous voulons être.

Il ne faut pas voir cette étape avec noirceur et pessimisme. Ne vous dites pas : « Je n’y arriverai jamais », mais bien plutôt : « Je n’y arrive pas encore, pourquoi donc ? »

Ce que vous ne réussissez pas à faire ne vous définit pas. C’est un moment dans l’espace et dans le temps. Vous pouvez changer, aussi n’y mettez pas de pathos.

De la même manière que dans l’étape précédente, prenez le temps chacun de votre côté puis tous ensemble de mettre noir sur blanc ces limites qui vous chatouillent.

Vous verrez cet exercice, seul ou en commun, est très révélateur. Il est souvent bénéfique rien que pour lui-même.

 

On se retrouve dans un prochain article pour la suite de la démarche. D’ici là, vous pouvez déjà commencer à faire ce bilan dans votre esprit, mais n’oubliez pas de lire toutes les étapes avant de le faire en commun. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires, je ferai un article supplémentaire pour aplanir les difficultés que vous pourriez rencontrer.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *