Introduction à l’auto-hypnose

Le présent texte est un extrait de la méthode :
« S’aider soi-même par l’auto-hypnose»
© 1985 by Christian H. Godefroy

Qu’est-ce que l’auto-hypnose ?

La manière la plus simple, sans doute, de définir l’auto-hypnose est de commencer par expliquer ce qu’est l’hypnose. L’origine étymologique renvoie au mot grec « hypnos », qui désignait le Dieu du sommeil. Il est vrai que l’état hypnotique s’apparente à un état semblable au sommeil. Mais la comparaison s’arrête là. En effet, ce n’est que du dehors que le sujet soumis à l’hypnose ressemble à un dormeur.

La différence principale entre les deux états est que le sujet hypnotisé reste lucide et est conscient de tout ce qui se passe. Ses perceptions sont même plus aiguisées que dans l’état de veille normale. Mais elles sont d’un autre ordre.

Cet état ressemble d’une certaine manière à celui de rêve éveillé. La volonté et la réflexion cèdent la place à l’imagination et à la libre association d’idées.

La détente s’installe, de plus en plus profonde, autant au niveau du corps que de l’esprit. Le sujet peut parfois éprouver une sorte d’euphorie. Comme il est immo-bile, son esprit n’est plus mobilisé par ses sensations physiques et le sujet peut facilement fixer son esprit sur des pensées ou des sensations précises. Mais surtout, et c’est ce qui est capital dans l’état d’hypnose, — qu’on a aussi appelé l’état alpha, caractérisé par un ralentissement notable des ondes cérébrales — le sujet atteint alors un haut niveau de suggestibilité.

Qu’entend-on par suggestibilité ?

La capacité du subconscient de recevoir une suggestion du conscient. Une suggestion orientée, préétablie en fonction des désirs du sujet.

Il est important de bien saisir ce point. Car l’autohypnose est « une technique qui permet d’entrer à volonté en contact avec son subconscient pour en libérer la formidable puissance, y puiser les merveilleuses connaissances qu’il recèle et faire en sorte qu’il travaille pour nous et non contre nous », (comme c’est malheureusement le cas chez la plupart des individus).

Se changer en toute sécurité

Mais revenons, pour la compléter enfm, à la distinction initiale que nous avons établie entre l’hypnose et l’auto-hypnose. Dans l’hypnose, il y a un hypnotiseur et un hypnotisé. L’hypnotiseur dirige toutes les opérations et le sujet hypnotisé se soumet passivement à ses directives et ses suggestions.Notons au passage que le sujet doit en général être consentant pour être induit en état d’hypnose et que, contrairement à ce que certaines personnes pensent, il ne fera rien qui puisse réprouver sa morale personnelle. Une certaine littérature bon marché et des films à sensations ont pu colporter cette idée qui, rassurezvous, n’est nullement fondée.

De toute manière — et c’est ce qui est avantageux dans ma méthode — dans l’auto-hypnose, le sujet n’est nullement à la merci d’un hypnotiseur peu scrupuleux ou incompétent puisque c’est lui-même qui joue le rôle d’hypnotiseur et d’hypnotisé. Donc, la sécurité est complète. En outre, la méthode est par le fait accessible et beaucoup moins coûteuse. Vous êtes seul avec vous-même. Avec la partie la plus profonde et aussi la plus puissante de votre personnalité, le centre de votre être. Vous n’avez pas à confier à un autre vos problèmes. Vous êtes seulement confronté avec vousmême, avec les obstacles que vous voulez surmonter ou les habitudes que vous voulez changer. N’est-ce pas idéal ?

Qu’est-ce que le subconscient ?

Les définitions sont nombreuses et, il faut bien le dire, pas toujours très claires. Comme cette méthode se veut essentiellement pratique, nous n’entrerons pas dans de longues discussions théoriques ou historiques.Une chose est certaine : même si les théoriciens ne s’entendent pas sur la définition et la nature exacte du subconscient, son existence, elle, ne fait plus de doute et est acceptée depuis plusieurs années par la communauté scientifique.

Pour simplifier, disons que l’esprit humain est divisé en deux parties : l’une consciente et l’autre inconsciente. La partie consciente, active pendant la période de veille, assure la plupart des activités quotidiennes et intellectuelles.

Quant à votre subconscient, c’est lui qui assure toutes les fonctions vitales. Par exemple, vous n’êtes pas obligé de penser à respirer pour le faire. Si c’était le cas, cela vous causerait d’ailleurs un sérieux problème au cours de la nuit. C’est aussi votre subconscient qui emmagasine tous les événements de votre vie. C’est en quelque sorte l’archiviste de votre existence. Sa mémoire est parfaite. Il n’oublie rien.

Nos parents nous ont programmés, souvent sans le savoir, et généralement, hélas, de la mauvaise façon.

Le subconscient de l’enfant est si impressionnable que les idées s’y gravent comme dans la cire molle sous la pointe d’un stylet. Il faut généralement des années pour s’en rendre compte et pour se défaire, du moins lorsque c’est nécessaire, des impressions négatives qui se sont inscrites dans notre subconscient d’enfant.

Heureusement, l’auto-hypnose est là, qui nous permettra, dans un premier temps, de nous déprogram-mer, puis dans un deuxième temps de nous reprogrammer selon nos désirs et nos aspirations. Grâce à l’auto-hypnose, on peut faire « table rase » non seulement de nos idées reçues, mais également de toutes nos mauvaises habitudes, de nos tendances fâcheuses, de cette sorte de fatalité qui en fait n’en est pas une, qui paraît nous condamner à être malheureux.

Changez votre programmation et vous changerez votre vie

Le seul fait pour vous d’avoir pris conscience de cette vérité capitale de l’esprit et de la vie vous place d'emblée dans une classe à part. Maintenant, vous avez entr’ouvert la porte… Vous pouvez désormais entrer de plein-pied dans la vie.

Peut-être que dans votre enfance vos parents, des éducateurs ou des amis ont rabroué vos premiers élans spontanés, ont freiné votre enthousiasme en vous répétant par exemple que vous étiez un incapable, qu’il fallait cesser de rêver et voir la vie en face…

Comme ces expressions sont tristes. Et comme sont tristes les vies qu’elles ont ruinées. Certes, les gens qui les ont programmées n’ont souvent pas cherché délibérément à nuire à leur entourage. Ils n’étaient tout simplement pas avertis de la puissance singulière de leurs paroles. Ils programmaient négativement les gens autour d’eux et ils ne le savaient pas.Le subconscient est un champ. Et pour poursuivre la comparaison, nous dirons qu’il obéit à ce qu’il est convenu d’appeler la loi de la semence. Cette loi du monde physique trouve l’application la plus naturelle et la plus évidente dans le monde mental ou, pour mieux dire, dans la vie en général. Il est bien simple de comprendre que si vous semez des graines de carottes au printemps dans un champ, vous ne serez pas étonné de récolter des carottes en automne.

Cette loi de la causalité s’applique de manière absolue pour le subconscient. Alors, pour faire en sorte que votre subconscient travaille pour vous, intégralement, à plein régime, il faut que vous commenciez dès aujourd’hui à l’ensemencer avec des pensées positives. Les pensées de bonheur, de succès, d’amour, de paix et de santé.

Le pouvoir des mots

De tout temps, le pouvoir des mots a été reconnu. Pensez seulement à l’importance de la prière dans la plupart des religions. Et que dire, dans les religions orientales, de l’utilisation d’un mantra, base même de toute méditation, un mot que les disciples répètent inlassablement et dont les propriétés ont des vertus surprenantes.

L’auto-suggestion, la répétition d’une phrase ou d’une formule, est une forme de prière ou de mantra,mais scientifique, d’ailleurs utilisée par de nombreux médecins à travers le monde.

En magie aussi, on utilise des formules dont on dit précisément qu’elles sont magiques. Il en est en gros de deux sortes : des bénéfiques et des maléfiques. L’auto-suggestion a des pouvoirs miraculeux, magiques, elle aussi.

Voici une liste de formules « maléfiques » à proscrire radicalement :

— « Je ne peux pas. »
— « Je vais échouer. »
— « Je me trompe toujours. »
— « Je n’ai pas de chance. »
— « Personne ne m’aime. »
— « Je n’arrive jamais à joindre les deux bouts. »
— « Je vais perdre mon emploi. »
— « Je vais tomber malade. »
— « Je suis toujours fatigué. »
— « Je suis timide. »
— « Je ne vaux rien. »
— « Le succès, ce n’est pas pour moi. »
— etc.

Alors, soyez sur vos gardes. Devenez le gardien de vos pensées. N’oubliez pas, vous êtes ce que vous pensez. Pour vivre heureux, il faut penser « bonheur ».

C’est une loi universelle qui ne souffre pour ainsi dire aucune exception.

La règle d’or de la suggestion

La règle d’or de la suggestion est la répétition. Rien d’étonnant si l’on y.songe. Que font les publicitaires lorsqu’ils veulent imposer un nouveau produit et soutenir la demande pour un produit déjà en vogue ? Ils font un battage constant de publicité, inondant les ondes et les médias du même message.

Vous devez faire absolument la même chose avec l’auto-hypnose : répéter inlassablement la formule que vous aurez choisie, en imprégnant votre subconscient.

Lorsqu’on demande quelque chose à quelqu’un une première fois, on ne l’obtient pas toujours. Si on revient à la charge une fois, puis une autre fois, puis • une autre fois encore, bien souvent, la résistance de l’autre fléchit et l’on obtient ce que l’on désirait. Il en est de même avec le subconscient. Il faut lui communiquer aussi souvent que possible votre demande, jusqu’à ce qu’il vous réponde favorablement.

Le secret des images

Comme les mots, l’usage des images est principalement double. On utilise le support visuel, soit pour se débarrasser d’une mauvaise habitude ou d’une phobie soit pour réaliser un désir.

Le secret fondamental, avec les images, est de faire « comme si » ce que l’on désire était déjà réalisé. Lesubconscient n’est guère habitué, nous l’avons dit, à faire des distinctions temporelles. Dans le subconscient, comme dans les rêves bien souvent, tout se passe comme si on évoluait dans un présent éternel.

Aussi, lorsqu’on imagine, le subconscient ne fait pas la distinction entre l’image d’un désir qui se réalisera dans le futur et le désir déjà réalisé.

En outre, en vous imprégnant de l’image d’un succès ou de la réalisation d’un désir, vous vous faites prendre au jeu ou en tout cas, votre subconscient se laisse prendre au jeu et vous en ressentez une émotion positive qui vient renforcer votre programmation. Cela a un effet d’entraînement. Votre imagination (votre subconscient) s’échauffe et est stimulée.

La technique de l’image est soumise aux mêmes lois que celles des mots, entre autres la loi de la semence ou de la manifestation. Si vous semez dans votre esprit des images de succès, de santé, de bonheur, de richesse et d’équilibre, vous verrez ces images se matérialiser dans les circonstances de votre vie avec une logique quasi mathématique, même si la manière qui permettra à ces images de se concrétiser demeure, la plupart du temps, mystérieuse ou due à ce qu’on continue d’appeler généralement et à tort le hasard. Le contraire est vrai également : les images négatives, entretenues dans votre esprit, créent des circonstances négatives.

Comment atteindre l’auto-hypnose ?

La relaxation

Commençons par un bref rappel de la définition de l’auto-hypnose. C’est « une méthode qui consiste à se mettre à volonté en contact avec le subconscient pour pouvoir l’ influencer de manière positive ».

La meilleure façon de faciliter ce contact avec le subconscient est la relaxation. Pourquoi la relaxation ? Pour une raison bien simple que vous allez comprendre facilement. Notre personnalité — c’est-àdire nos habitudes, nos idées, nos croyances — s’est formée sans effort, sans intervention de la volonté.

Cela s’est habituellement fait à notre insu, souvent pendant notre enfance, au moment où notre sens critique était pour ainsi dire inexistant et où nous étions particulièrement sensibles à la suggestion. Or, par la relaxation, nous atteignons, en général après à peine quelques séances — souvent dès la première expérience — ce que nous avons appelé l’état alpha.

Ce qui est important dans l’état alpha, c’est que la conscience devient passive. On « décroche » alors du monde extérieur — sans toutefois, je le rappelle, être à la merci d’un danger extérieur puisque notre instinct de conservation demeure pleinement opérant. Le calme, la bonne humeur, un engourdissement progressif du corps caractérisent cet état de relaxation, des souvenirs lointains, des images, des pensées surgissent dans votre esprit. C’est un signe que vous entrez en contact avec votre subconscient.

Pour vous détendre, respirez !

Chaque séance d’auto-hypnose sera précédée d’une relaxation, comme nous l’avons dit. Avec la pratique, cette relaxation pourra être abrégée (elle procure cependant un effet si agréable, souvent euphorisant, qu’on songe plutôt à la prolonger) à mesure que vous progresserez.

Mais, pour bien réussir votre relaxation, je vous recommande un petit exercice de respiration fort simple et pourtant d’une efficacité surprenante. Chacune de mes séances est précédée de cet exercice. Il prédispose mieux que tout autre à cette merveilleuse invitation au voyage qu’est l’auto-hypnose. Un voyage au coeur de la détente, de la sérénité, de la joie, de la force et de l’enthousiasme. Un voyage au coeur de nousmême, à la racine de notre être, là ou résident, souvent cachées mais à notre portée, les clés secrètes du bonheur et du succès.Pourquoi respirer ? Parce que le souffle, c’est la vie.

La racine latine (anima : qui signifie tout à la fois âme et souffle) est à cet égard on ne peut plus éloquente.

Mourir, c’est rendre le dernier souffle. La vie est donc intimement liée à la respiration. Or, malheureusement, la plupart des gens ne savent pas respirer. Ils sont d’ailleurs à bout de souffle… Déprimés. Fatigués. Sans entrain. Et nerveux. Ce qui est inévitable.

Une personne qui respire mal est forcément nerveuse. Et vice-versa. Une personne nerveuse respire nécessairement mal. Car cela joue dans les deux sens.

C’est d’ailleurs ce qui est intéressant. Cela signifie que la respiration peut influer sur la nervosité. De ce fait, une respiration contrôlée (comme celle que je vais vous enseigner) a un pouvoir extrêmement calmant, tant au niveau physique que mental.

Qu’est-ce que je veux dire lorsque j’affirme que les gens respirent mal ? Principalement deux choses. Ils respirent de manière trop superficielle et trop rapide.

Et surtout, ils n’expirent pas suffisamment. Pas assez complètement. Or, une expiration complète est la condition nécessaire d’une inspiration. Comment, en effet, espérer remplir les poumons d’air frais si on ne commence pas par les vider en profondeur ?

Donc, dans le petit exercice que vous allez faire, essayez d’expirer le plus complètement possible avant d’inspirer. Et puis, lorsque vous inspirez, utilisez la respiration abdominale, c’est-à-dire commencez votreinspiration en gonflant votre abdomen. Ne vous inquiétez pas, cela ne risque pas de compromettre votre ligne. Bien au contraire. Ce massage est bénéfique pour l'embonpoint que vous avez peut-être.

Pourquoi la respiration abdominale ? Parce qu’elle est plus complète, plus profonde que les deux autres types de respiration, surtout la respiration thoracique où l’on commence par gonfler les pectoraux. En plus d’être profonde, la respiration abdominale permet de détendre le plexus solaire, source de nos émotions et de nos tensions. C’est de là que vient l’expression « avoir le ventre noué ». De là que provient également l’image, lorsque l’on éprouve un choc subit, de recevoir un véritable coup de poing dans le ventre.

Donc, après avoir bien expiré, entamez votre respiration en gonflant l’abdomen. Lorsque l’inspiration se poursuit, l’abdomen s’abaisse naturellement et c’est le thorax qui se soulève à la fin. Cela est normal. C’est ainsi que les choses doivent se passer.

Essayez cet exercice

Le petit exercice dont je vous parle est le suivant. Cet exercice demande un peu de concentration. D’ailleurs, il permet d’accroître la concentration et la mémoire. Il permet surtout— et c’est ce qui le rend si utile pour favoriser la détente puis l’auto-hypnose — de « décrocher » de l’extérieur, de se concentrer sur l’intérieur.Il s’agit tout simplement de compter vingt respirations profondes. Je vous vois déjà sourire. Vous vous dites peut-être que rien n’est plus simple. Et qu’il serait étonnant que cela vous procure des résultats. Retenez votre jugement. Commencez par en faire l’essai.

Vous allez voir. Au début, on compte jusqu’à 7 ou 8 et en général, on se met à penser à autre chose. Mais, ce n’est pas grave. C’est même tout à fait normal. Je n’ai en effet guère vu de cas où un sujet pouvait au premier essai compter vingt respirations profondes sans se laisser distraire par autre chose.

Reprenez à zéro au bout de quelques minutes, que vous soyez arrivé ou non au compte de 20, c’est sans importance. Vous avez suffisamment respiré en profondeur. Vous vous êtes déjà calmé.

Maintenant que votre respiration s’est ralentie et approfondie, laissez-là reprendre un rythme normal sans vous en soucier davantage. Vous êtes maintenant prêt à pratiquer une méthode de relaxation. En fait, ce que vous venez de faire en constitue la première étape.

Relaxation autogène

Par simple concentration, vous allez ressusciter des sensations de lourdeurs, provoquées par la force de l’attraction terrestre, de la pesanteur, à laquelle vous devenez plus sensible en vous laissant aller, et de chaleur, le sang circulant plus librement.

Portez votre attention et votre conscience sur votre bras droit… votre bras droit s’alourdit peu à peu… il devient lourd… de plus en plus lourd… votre bras droit est très lourd. Pensez : mon bras droit est tout lourd, mon… bras… droit… est… tout… lourd… Votre bras droit est de plus en plus lourd… il est pesant… il est complètement lourd.

Maintenant, faites la même chose avec le bras gauche… Concentrez-vous sur votre bras gauche… votre bras gauche s’alourdit peu à peu… il devient lourd… de plus en plus lourd… votre bras gauche est tout lourd. Pensez : mon… bras… gauche… est… tout… lourd… Votre bras est pesant… il est complètement lourd.

Passez maintenant à votre jambe droite… elle va bientôt s’alourdir… votre cuisse, votre mollet deviennent lourds… de plus en plus lourds… votre jambe droite est lourde… Pensez : ma jambe droite est toute lourde, ma… jambe… droite… est… toute… lourde. Votre jambe droite est de plus en plus lourde… elle est pesante… elle est complètement lourde.

Concentrez-vous maintenant sur votre jambe gauche… détendez votre jambe gauche… elle va bientôt s’alourdir… votre cuisse et votre mollet gauches deviennent lourds, de plus en plus lourds…

Pensez : ma jambe gauche est toute lourde, ma… jambe… gauche… est… toute… lourde… Votre jambe gauche est pesante… elle est complètement lourde.

Tout votre corps est lourd, lourd, de plus en plus lourd… il pèse… c’est une masse pesante… comme si du mercure coulait dans vos veines… vous abandonnez votre corps complètement.

En portant votre conscience sur votre bras droit, vous sentez une onde de chaleur l’envahir… votre bras droit devient chaud… il est chaud… Pensez : mon bras droit est chaud, mon… bras… droit… est… tout… chaud… Votre bras droit est tout à fait chaud.

Une douce chaleur envahit maintenant votre bras gauche… votre bras gauche devient chaud… il est chaud… chaud… Pensez : mon bras gauche est tout chaud, mon… bras… gauche… est… tout… chaud…

Votre bras gauche est tout à fait chaud.

Maintenant l’onde de chaleur se propage à votre jambe droite… un sang chaud circule dans votre jambe droite… votre jambe droite devient chaude…

Pensez : ma jambe droite est toute chaude, ma… jambe… droite… est… toute… chaude… Vo t r e jambe droite est tout à fait chaude.

Portez votre attention et votre conscience sur l’autre jambe… vous n’allez pas tarder à sentir de la chaleur… elle devient chaude… votre jambe gauche est chaude… Pensez : ma jambe gauche est toute chaude, ma… jambe… gauche… est… toute…chaude… Votre jambe gauche est complètement chaude.

Vous sentez cette onde de chaleur envahir tout votre corps. Votre coeur pulse un sang chaud dans tout votre corps… tout votre corps est chaud… il est chaud… détendez-vous.

Vous vous sentez détendu, de plus en plus détendu… la détente se propage de plus en plus… elle se propage de muscle en muscle… vous êtes merveilleusement détendu… détendez-vous.

Le blocage oculaire

Au cours de mes années d’expérience pratique et de mes nombreuses recherches sur l’auto-hypnose, inutile de dire que j’ai été mis en contact avec d’innombrables méthodes. J’ai fait un essai sérieux avec chacune d’entre elles. Et j’ai finalement retenu celle avec laquelle j’ai obtenu les résultats les plus rapides et les plus spectaculaires, non seulement pour moi mais aussi pour les participants de mes séminaires.

Comme vous pourrez le constater, c’est une méthode fort simple et pratiquée dans le monde entier.

Elle s’appelle tout simplement le blocage oculaire.

Elle a d’ailleurs l’avantage de vous permettre non seulement d’entrer en auto-hypnose mais de savoir à coup sûr si vous avez vraiment atteint l’état que vous recherchez. Car au début, dans la plupart des cas, c’est une question qu’on a tendance à se poser.Une fois que vous avez bien détendu chaque partie de votre corps, vous allez revenir à vos yeux ou plus précisément à vos paupières. Concentrez-vous sur vos paupières. Vous allez vous répéter, en variant à volonté (l’important, comme dans le cas de la relaxation, c’est l’idée générale et les étapes) :

« Maintenant mes paupières sont lourdes, de plus en plus lourdes. Elles deviennent si lourdes que bientôt je ne pourrai plus du tout les ouvrir. Je vais bientôt entrer en état d’auto-hypnose. Je me sentirai parfaitement bien dans cet état. Mes paupières sont maintenant lourdes, très lourdes…

Je vais maintenant commencer lentement à compter jusqu’à dix. Lentement. Très lentement. Et au compte de 10, mes paupières seront si lourdes que je ne pourrai plus les ouvrir. J’entrerai alors en état d’auto-hypnose. Mes paupières ne pourront bientôt plus s’ouvrir lorsque j’aurai atteint le compte de dix. Je commence lentement à compter, très lentement :

Un… Deux… Trois… Quatre… Cinq… Six… Sept… Huit… Neuf.. Dix…

Maintenant, mes paupières sont si lourdes que je suis incapable de les ouvrir… »

Maintenant, essayez d’ouvrir vos paupières. Si vous êtes incapable de le faire, bravo ! Vous êtes en état d’auto-hypnose. Si vous en êtes à votre première séance, vous avez probablement des dispositions exceptionnelles pour l’auto-hypnose. Comme l’on dit dans le jargon du métier, votre niveau d’auto-suggestibilité est probablement très élevé.

Si vous n’avez pas réussi, ce n’est pas grave. C’est même tout à fait normal. Ne considérez en aucune façon cela comme un échec. Mon expérience m’a démontré que même avec des sujets très doués et très disposés, il fallait en général cinq ou six séances pour réussir le blocage oculaire et entrer en auto-hypnose.

Grâce aux exercices de respiration puis de relaxation, vous avez déjà atteint un certain degré de passivité, votre conscience est suffisamment intériorisée pour avoir accès à votre subconscient d’une manière efficace.

Pour aller plus loin dans vos séances de relaxation et d’hypnose, vous pouvez suivre les séances enregistrées par Christian Godefroy, disponible en téléchargement gratuit.

Retrouvez en fin de cet article le formulaire pour les recevoir gratuitement chez vous.

Contrôlez votre poids sans vous priver

Presque une personne sur deux souffre, à un degré ou à un autre, d'embonpoint. H ne s’agit parfois que de quelques kilos en trop, qu’on parvient pas à perdre aisément. Parfois, c’est plus dramatique et la santé du sujet est sérieusement compromise par son poids excédentaire.

Je vais vous donner des formules vraiment magiques, qui vont vous permettre de retrouver votre poids idéal, sans véritable effort et sans vous sentir privé. Il ne vous sera plus difficile de vous passer d’un dessert de 450 calories, dont vous n’avez nul besoin pour votre santé. Cela vous sera aisé parce que, une fois reprogrammé, vous ne serez plus du tout la même personne, vous ne serez plus celle qui souffre le martyr devant une pâtisserie ou des friandises. Votre subconscient sera programmé de telle manière que vous serez une personne qui n’a nullement besoin de ces aliments, du reste inutiles, pour être heureuse et pour sentir qu’elle a pris un bon repas.

Les règles à observer

Il y a cependant quelques règles à observer pour réussir le programme d’auto-suggestion. Avant de l’entreprendre, dressez avec votre médecin, ou un diététiste, ou à l’aide d’un ouvrage compétent, la liste des aliments qu’il est préférable de bannir ou de ne consommer que très occasionnellement. Faites également une liste des aliments que vous pouvez manger.

Prenez fermement la décision de maigrir. Il faut choisir de maigrir. Etablissez, de préférence avec votre médecin, votre poids idéal. Ce sera votre objectif. Pesez-vous régulièrement pour estimer vos progrès.

Soyez convaincu que vous pouvez aisément parvenir à maigrir par l’auto-hypnose. N’entretenez pas de doute dans votre esprit.

Seulement, soyez patient. Mieux vaut maigrir progressivement que brusquement, en risquant de s’affaiblir. De toute manière, faites confiance à votre subconscient. Il sait à quel rythme il vous faut maigrir pour le faire de manière équilibrée et saine.

Une petite mise en garde. Si vous n’avez que quelques kilos à perdre, il n’y a pas de problèmes. Si par contre, vous avez un sérieux problème d'embonpoint, il est préférable d’entreprendre votre programme sous surveillance médicale. Cela n’est nullement incompatible. L’auto-hypnose est acceptée par la vaste majorité des médecins.

Les formulations

« J’ atteins progressivement mon poids idéal et je le maintiens aisément. Ma santé s’améliore. Mon apparence devient de plus en plus agréable et ma présence est de plus en plus recherchée. J'embellis de jour en jour. Je ne mange que des aliments sains qui me permettent de maigrir aisément sans me sentir privé. Je deviens de plus en plus attrayant et en santé grâce à l’aide de mon subconscient. J’atteins aisément le poids idéal et je le maintiens sans aucun effort. J’aime mon corps et la nouvelle image de moi que je crée grâce à la puissance de mon subconscient. Je contrôle parfaitement mes habitudes alimentaires. J’aime mon corps et j’ai le pouvoir de maigrir. »

Choisissez parmi ces formulations celles que vous préférez. N ‘hésitez pas à les améliorer. Ou enregistrez le texte complet, plusieurs fois d’affilée, et écoutez-le pendant votre séance quotidienne.

Pour vous aider : l’image mentale

Visualisez-vous tel que vous souhaitez devenir, à votre poids idéal. Vous êtes par exemple en maillot sur la plage. Vous êtes mince, attrayant, vigoureux et en santé. Les gens du sexe opposé vous regardent avec désir, s’approchent de vous. Ceux de votre sexe vous envient. Vous vous sentez beaucoup mieux dans votre peau, etc.

Comment revenir de l’état d’auto-hypnose ?

C’est très simple. Vous allez faire au fond la même chose que vous avez faite en état d’auto-hypnose.

Vous allez donner un ordre à votre subconscient. Vous allez vous répéter mentalement le texte suivant :

« Maintenant, je vais quitter mon état d’auto-hypnose. Lorsque je vais retrouver mon état normal, je serai parfaitement détendu et reposé. Ma tête, mon cou, ma nuque seront dégagés. Au compte de cinq, mes paupières vont s’ouvrir et je vais commencer à bouger lentement.

Un… Deux… Trois… Quatre… Cinq… »

Vous remuez les doigts de pied, bougez les mains, mâchez un peu, faites jouer les muscles de vos jambes, vous vous étirez comme un chat… et vous ouvrez les yeux.

Vous voyez, c’est facile. Il y a des cas où on peut éprouver une certaine difficulté à quitter l’état d’auto-hypnose. Je vous rassure tout de suite en vous disant qu’ils sont très exceptionnels.

En outre, comme c’est un état absolument naturel et en plus fort agréable, n’ayez nulle crainte. Vous pouvez soit essayer à nouveau le compte de cinq et l’ordre d’ouvrir les yeux, soit poursuivre vos suggestions ou vous abandonner à la sensation de bien-être que vous ressentez.

De toute façon, cet état se prolonge rarement au-delà d’une demi-heure. On en sort alors naturellement ou, tout simplement, on s’endort.


Développement personnel, Auto-Hypnose et Relaxation