Atteindre le succès : faites le point sur ce premier mois

Voilà 30 jours que je vous ai invité à vous concentrer sur vos objectifs à trois mois pour finir l’année 2016 en beauté et atteindre le succès, les succès.

Mieux vivre, plus sereinement, en atteignant ses objectifs et en ayant du plaisir, du bonheur à atteindre ceux-ci : voilà un des objectifs de cet exercice au long cours.

Encore 2 mois d’ici le 31 décembre 2016, donc ce n’est pas le moment de relâcher ses efforts. Pour vous aider à atteindre vos objectifs ou vous en rapprocher mais aussi à le faire avec bonheur et plaisir, je vous propose aujourd’hui de faire le point sur ce que vous accompli.

Le bonheur vient de nos actions

Souvenez-vous, je vous ai invité à noter précisément ce que vous cherchiez à atteindre d’ici la fin de l’année, en termes d’objectifs généraux.

Mais pas que. Il s’agit aussi de garder ces objectifs à l’esprit tous les jours, et de tous les jours se fixer 5 actions pour vous rapprocher de ces objectifs. C’est le travail quotidien et persistant, les bonnes habitudes qui vont vous permettre de vraiment avancer et de parcourir la distance entre là où vous êtes et là où vous voulez aller.

La distance entre le rêve et la réalité se mesure avec l’action.

Si vous n’agissez pas, vous ne pouvez pas atteindre ce que vous souhaitez atteindre. Il n’y a pas de baguette magique. Bien sûr, vous pouvez utiliser la visualisation, la loi d’attraction. Mais cette loi d’attraction ne fonctionne, ne se concrétise que dans l’action.

Mesurez le chemin accompli vers vos objectifs

Idéalement, sur une échelle de 1 à 100, vous devez aujourd’hui avoir parcouru un tiers du chemin. Vous devez avoir atteint les 33 pour cent.

Vous les avez dépassés pour un de vos objectifs ? Tant mieux ! Vous progressez plus vite que nécessaire et cela signifie sans doute que vous avez visé un bon objectif, un objectif vers lequel vous vous dirigez naturellement (un objectif que vous auriez peut être atteint naturellement sans effort spécifique.

Vous n’y êtes pas encore, ou pire, vous êtes dans l’échec ?

Contrairement à de nombreuses personnes qui comme moi sont dans le positivisme, je vous invite non à vous dire « si on veut on peut », mais à vous arrêter et à vous demander pour quelles raisons vous n’avez pas progressé.

Est-ce réellement une chose à laquelle vous aspirez ? Est-ce mesurable, spécifique, atteignable ? Avez-vous les yeux plus gros que le ventre ? Avez-vous des blocages inconscients qui vous empêchent de progresser ?

Par exemple, vous pouvez avoir décidé de gagner plus d’argent (un objectif assez fréquent 😉 ), mais avoir un entourage et un historique familial qui vous retiennent dans cet objectif. Du type, la perception inconsciente que « l’argent, c’est sale » ou « la réussite ne se mesure pas aux biens matériels » ou « l’argent ne fait pas le bonheur ».

Vrai, faux ? Chacune de ces propositions a ses mérites et ses limites. Ce qui est plus important pour vous est de réfléchir à l’impact que ces propositions ont eu pour vous. Vous en défaire si elles vous bloquent.

Et les propositions, les suggestions de ce genre existent dans tous les domaines : succès, vie familiale, vie amoureuse, estime de soi, confiance en soi.

Pour ce qui est de la voie que l’on a choisie même, on peut être influencé par une première idée, et se rendre compte face à l’échec que l’on est pas sur la meilleure voie. Gainsbourg voulait être peintre et a réussi comme chanteur. Michel Tournier cherchait une carrière d’universitaire et a brillé comme romancier.

Célébrez là où vous en êtes

Parcourir un chemin, s’accomplir n’a pas d’intérêt si l’on ne profite pas du voyage. Aussi je vous invite à faire deux petits exercices tout simples, et à les renouveler aussi tous les jours.

Commençons par le premier.

Prenez conscience des bonnes choses dans votre vie

Prendre conscience des bonnes choses que l’on a dans notre vie, de cette fondation qui nous permet de nous élever vers le sommet, et célébrer ces bonnes choses, nous permet d’être plus content, puis plus heureux, et donc au fur et à mesure d’avoir plus de motivation, d’énergie et de créativité.

Passez donc une minute à déterminer deux choses pour lesquelles vous êtes content(e).

Si vous attendez d’avoir atteint vos objectifs ou le succès pour être heureux, vous avez de fortes chances de n’être heureux ni pendant ce parcours ni en arrivant à la fin. Vous n’attendez pas d’être mort pour être heureux, or c’est là le but ultime de la vie, qu’on le veuille ou non. Donc soyez heureux avant d’arriver à votre but.

Devant chacune des choses qui te divertissent, qui servent à tes besoins, ou que tu aimes, n’oublie pas de te dire en toi-même ce qu’elle est véritablement.

Le manuel d’Epictète

Si nous attendions d’avoir ou de faire quelque chose, le problème c’est que nous ne serions jamais heureux, car l’objetif est toujours différent. Si vous êtes heureux quand vous avez une nouvelle voiture, vous voudrez une nouvelle voiture. Si c’est quand vous achetez autre chose, vous allez passer votre temps à acheter des choses, toujours à la recherche d’un frisson de bonheur, infime, au moment où vous rentrez en possession.

Le pire avec cette idée d’attendre quelque chose de défini pour être « heureux », c’est que vous vous retrouvez sur une montagne russe d’émotions contradictoires : heureux quand vous y arrivez, déprimé et malheureux, d’un certaine façon, quand vous n’y êtes pas.

D’ailleurs, est-ce le succès qui amène le bonheur, ou est-ce le contraire ?

Comment le fait d’être heureux, motivé, enthousiaste, autonome peut être, d’être maître de votre destin et de vos actions pourrait-il vous mener au succès ? Tout naturellement, car toutes ces bonnes choses amènent de meilleures choses encore.

Prenez conscience de chacun des progrès que vous effectuez

Je vous ai demandé de noter chaque jour la liste des choses que vous alliez faire ce jour-là pour avancer vers vos objectifs.

Je vais maintenant vous demander de noter chaque jour ce que vous avez en effet réalisé. De prendre en compte le petit chemin parcouru.

Et aujourd’hui, je vous demande donc aussi de faire le point global de l’avancement de votre parcours vers vos objectifs de fin d’année.

Pour quoi je vous demande tout cela ? Pas pour moi, pour vous, pour que vous mesuriez quotidiennement et sans relâche le progrès et l’avancement de vos projets. Car il est facile de perdre de vue ce que l’on fait lorsque l’on est focalisé sur des progrès plus conséquents.

Or les pyramides sont fait de blocs, qui eux-même sont fait de pierre, qui sont faites d’atomes qui sont faites… Chaque petite chose participe à l’accomplissement de vos projets, à la réalisation de vos objectifs.

Si par exemple vous êtes un timide maladif, et que vous avez aujourd’hui décidé de parler avec un inconnu dans les transports en commun, à la cantine, au café ou ailleurs, qu’importe que votre conversation n’ait été qu’un bref échange ?

En pratiquant quotidiennement vos objectifs et les sous-sous-sous parties de cet objectif, vous vous en rapprochez.

Une fois ceci pris en compte, pourquoi « ancrer » dans votre esprit chaque petit accomplissement ? Parce que ce processus vous permet de reconfigurer petit à petit votre cerveau et de jouer sur la neuro-plasticité de votre esprit pour créer de bonnes habitudes.

Créer de bonnes habitudes vers le succès

Vous avez plein d’habitudes, bonnes ou mauvaises, et en plus de ces habitudes, vous réagissez à l’urgence. Or ce qui est urgent n’est pas forcément ce qui est important. Il faut s’apprendre à soi-même ce qui est important pour pouvoir le distinguer et y consacrer plus de temps, plus d’effort et plus d’intérêt.

Ce principe du progrès amène les gens à être plus motivés et plus efficaces dans leur travail. Des études de Harvard l’ont démontré, avec des résultats détonnants (le livre Progress Principle n’est malheureusement disponible qu’en anglais, mais c’est une lecture que je vous recommande).

Si cela fonctionne pour les individus dans l’entreprise, cela fonctionne aussi pour une personne considérée individuellement, par rapport à sa vie.

Observez un chêne centenaire. Si vous essayez de le couper en une fois, vous risquez d’émousser votre hache ou votre énergie et de contempler votre échec. Si vous lui donnez un coup de hache chaque jour, n’ayez aucune crainte : un jour il tombera.

Ou pour reprendre ce qu’a écrit Tony Robbins dans De la part d’un ami :

« Une fois que vous saurez gérer votre temps, vous comprendrez combien il est vrai que la plupart des gens surestiment ce qu’ils peuvent accomplir en un an et sous-estiment ce qu’ils peuvent réaliser en une décennie. »

En résumé

Quand nous prenons le temps de considérer le progrès que nous accomplissons en le notant dans notre journal, et que nous apprécions les bonnes choses dans notre vie, nous construisons les deux socles qui nous permettent d’avoir plus de motivation, d’enthousiasme et nous créons pour nous même de bonnes habitudes.

10 réflexions au sujet de « Atteindre le succès : faites le point sur ce premier mois »

  1. J’aimerai avancer sur la réalisation d’éditer mon livre mais j’ai un problème j’ai quelques questions importantes que je vous ai posé par mail dont je n’ai pas eu de réponse.
    Et j’ai besoin de ses réponses pour me lancer à 100%.
    J’apprécie beaucoup toutes les actions que vous proposez mais il y a juste un problème on ne peut pas vous contacter, ni par téléphone, ni par mail, ni physiquement (accessoirement).
    Cordialement !
    M. HERY

    1. Bonjour Christophe,
      Je viens de regarder dans mes archives, et votre commentaire est la première fois que je reçois un email de vous. Désolé. Je vous réponds par email directement.

  2. J’ai déménagé pour être moins seule après l’abandon de mon concubin qui était un pervers narcissique parfois violent, pour me rapprocher de ma famille mais ce n’est que critiques et hypocrisie et je n’ai que 470 euros pour vivre par mois, je suis en dépression et ai d’autres ennuis de santé, je ne vois pas de lumière au bout du chemin, j’ai 61 ans et je n’arrive plus à positiver

  3. Bonjour cyril, réalisé 5actions quotidiennes se révèle un peu complexe et me ramène à la réflexion suivante, celle de revoir mes objectifs pour les 60 derniers jours de notre programme.
    Merci.
    Henri baras

  4. Bonjour Cyril,

    Un grand merci à vous et à Christian Godefroy…..pour le temps consacré à partager vos expériences, vos connaissances et vos transmissions. C est généreux et cela mérite notre gratitude.
    Pour ma part, je n ai pas note au jour le jour ni mes actions ni mes progrès ….la seule chose dont je peux témoigner est que la lecture régulière de vos mails entre autre m a apporté beaucoup de sérénité et de fait du bonheur ….via le lâcher prise ….encore merci et toute mon amitié à tous ceux qui cherchent les voies de l épanouissement
    Belle journée à tous,
    Anita

  5. Bonjour Christian Godefroy, c’est avec grand plaisir que j’adhère le Club Positif, il y a de cela bien longtemps que je dispose de votre CD “LES PAROLES MAGIQUES” que j’écoute régulièrement et j’en partage avec des amis, frères et connaissances. Les enseignements que j’ai tirés de ce CD “LES PAROLES MAGIQUES”, m’ont conduit à créer une activité qui tarde à décoller, mais d’ici là avec un peu de patience et l’application de l’enseignement tiré de “LES PAROLES MAGIQUES,” tout pourra prendre son envole. Merci encore à Christian Godefroy”

  6. bonjour Mr Cyril, plaisir a été pour moi d être membre du club positif. j essaie plus ou moins de me façonner en m étant fixe des objectifs. vous savez tout début est difficile et je voudrais plus de directives car souvent mon attitude en action et en pensée posent vraiment problème surtout la peur et la honte. je suis impatient j attends votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *