Les phrases motivantes et citations qui vous boostent

Ce sujet a 100 réponses, 15 participants et a été mis à jour par  Anonyme, il y a 4 ans et 2 mois.

12 sujets de 91 à 102 (sur un total de 102)
  • Auteur
    Messages
  • #446095

    khalidoo
    Participant

    C’est toujours ton point de vue et non pas le mien
    Pour l’histoire tu n’as pas répondu pourquoi ? L’histoire te démontre que de vouloir juger sur du partiel ne peut que te mener dans une certaine illusion. Ainsi croyant aller vite tu ne feras que recommencer de juger de nouveau et de nouveau, sans pour autant réellement avancer.
    Croire qu’une valeur est meilleure qu’une autre, mais qu’en est-il ? Tu peux donner des conclusions les tienne qui seront peut-être démontées par d’autres. Cela n’empêche pas d’exposer les conclusions et de les partager et d’avoir à recommencer si les conclusions sont faussées par une mauvaise étude.
    En effet, tout est mouvement constant, tout évolue, ainsi ce que tu crois avoir bien jugé n’a plus de valeur face à une nouvelle donne qui te mènera à aller bien plus loin encore. Ainsi d’être dans une constante adaptabilité au fils des différentes découvertes.
    Le mot juger a en somme peu de valeur, ainsi d’utiliser les mots qui exprime l’instant. J’aime, j’étudie, j’analyse etc…
    imagine un juge du tribunal de ne “juger” qu’en fonction de ce qu’il croit … Il est obligé d’aller chercher des preuves des éléments concrets et de tenir compte de toutes circonstance. Là il jugera pour donner un verdict qui sera recherché le plus juste au possible. là est le poids de la balance dans la justice.
    Alors le mot juger il sera de le laisser là où il a besoin d’être.
    Parle d’analyse là où il y a analyse, parle d’affectif là où il y a affectif, ne me dis pas que faire une analyse c’est juger ni qu’aimer c’est juger. Laisse chaque mot là où il a sa place
    Chercherais-tu de me juger sur mes connaissances, que sais-tu de moi-même que connais tu de non chemin, que sais-tu de mes expériences, que connais-tu de mes actions, que connais tu de mes joies et de mes souffrances, que connais tu de ma personnalité ? Est-ce le peux dont tu as pu lire ici en ligne ?
    Je ne dis pas « j’ai raison » je dis « je vois autrement », nuance, ainsi je ne juge pas pour dire j’ai raison tu as tort, cela n’aurait aucune valeur, je formule simplement une vision des choses et des valeurs telle je peux les voir et les comprendre, mais de quel droit aurais tu d’en juger en vrai ou en faux ?
    Que connais-tu de mes dialogues avec des médecins et de psychologues, je dis bien dialogue et non pas de consulter…
    Quant au travail sur les personnalités, que sais-tu, ou connais tu de mes recherches, qui par ailleurs ne datent pas d’hier mais de plus de quarante année.
    Que connais tu de mes réactions par exemple face à un crime, que connais tu de la manière dont j’ai eu à réagir face à de telles circonstances, suis-je resté inactif ou au contraire suis-je allée dans la recherche et de comprendre pourquoi et comment réagit un individu et ce qui peut entraîner à aller vers le drame.
    Quelle furent par ailleurs mes réaction face à un suicide, suis-je resté inactif ?
    Quelle furent et quelle sont mes réactions face à la maladie incurable de ma fille, suis-je resté inactif ?
    Quelle furent mes réactions face à la paralysie de mon grand-père resté 12 ans totalement paraplégique, ou ma grand-mère était obligé de s’y donner corps et âme pour s’occuper de lui.
    Quelle furent mes réactions face à la descente dans la folie de ma grand-mère, et de devenir totalement grabataire, pendant près de 15 années.
    Est-ce suffisant ou dois-je parler de m mère et de la maladie Alzheimer, dois-je aussi parler de mon frère décédé l’an dernier, celui-ci ayant eu lui aussi sa part de handicap.
    Alors vois-tu, la vie m’a placé sur le terrain face à l’expérience, sans enfermer tout ce vécu là au fond de moi-même et de me placer la main devant les yeux pour tenter d’oublier, non bien au contraire d’agir et d’agir, d’aller constamment de l’avant, ainsi de pouvoir parler de tous ces sujets, je ne dirais pas sans émotion mais de voir les choses et les valeurs dans une certaine dimension.
    Ainsi je n’ai pas besoin de juger si j’ai été heureux ou malheureux car j’ai appris à voir les faits, les comprendre et de chaque jour de découvrir de nouvelles valeurs. Ainsi plus j’apprends plus je découvre, de comprendre que dans la vie on sait bien peu de choses.
    J’ai donc appris de placer le mot « juger » là où il a sa place.
    Pour le développement personnel, j’aime ma propre expérience de la vie, elle ne fut pas rose, et ce que j’ai exprimé ci-dessus est en fait peu de chose.
    Croiser des coachs pour voir ce qu’ils pense ?
    Mais la vie me montre mon chemin tout simplement

    #446096

    farmaciaric
    Participant

    Croire qu’une valeur est meilleure qu’une autre est ton quotidien sinon tu serais un légume… Je te le répète, si tu aimes une chose ou une personne, c’est parce qu’elle correspond à ton système de valeurs. Et qui dit placer une chose ou une personne sur une échelle de valeur, dit juger cette chose ou cette personne.

    Que tu le veuilles ou non l’homme fonctionne comme ça. Et je te le répète encore, si tu prétends le contraire, je t’invite alors à en discuter avec des professionnels de la santé et du coaching.

    Tu es sur du superficiel, tu t’attaches aux mots sans jamais vouloir savoir d’où ils viennent, c’est ce que j’essaie de te démontrer depuis le début… Je peux comprendre que ce soit compliqué à comprendre pour une personne qui ne s’engage jamais sur une voie et qui préfère se laisser porter. Seulement c’est un peu le sens contraire du dvpt perso à mon avis. Il vaut mieux bien se connaître plutôt que d’essayer de masquer une frustration ou une déni avec une histoire de mots.

    D’ailleurs, quand tu fais un bilan de compétences pour une reconversion professionnelle par exemple, c’est la première chose que tu fais d’explorer tes valeurs avant même de mettre à plat tes compétences. Donc c’est d’abord le moi profond avant le “superficiel” des mots pour écrire ton savoir-faire. Mais bon… Là aussi ils doivent se tromper…

    Je t’invite à nouveau à chercher au fond de toi pourquoi tu bloques sur le jugement.

    #446097

    khalidoo
    Participant

    Je t’invite à nouveau à chercher au fond de toi pourquoi tu bloques sur le jugement.

    Mais qui bloque sur ce mot ? Ne serait-ce pas toi tout simplement ? je pose la question, je ne juge pas !

    Si je parle sentiment, aimer, c’est toi qui veut ramener vers le jugement.

    Qui parle frustration ? toi Qui parle superficiel ? toi puisque tu reste dans le jugement en voulant tout y ramener.

    Le cerveau fonctionne aussi à l’intuition (voir lien ci dessous c’est très instructif), sans passer seulement par le jugement sans passer par le mental. Il fonctionne au ressenti et pas uniquement en passant par du jugement que tu le veilles ou non.

    Par contre si je devais parler jugement alors je parlerais de lieux que j’ai eu à côtoyer, mais pour toi serait-ce là aussi du superficiel ? la aussi questionnement et non pas jugement !

    Les juges ou tribunaux que je puisse avoir eu à côtoyer dans la vie
    Procureur de la république
    Substitut du procureur de la république
    Tribunal du commerce
    Tribunal d’instance
    Tribunal de grande instance
    Tribunal correctionnel
    Tribunal d’assise
    Et ainsi
    Juge d’application des peines,
    Juge des tutelles
    Juge matrimonial
    Juge au tribunal du commerce
    Juge au tribunal d’instance
    Juge au tribunal de grande instance
    Juge des assises (pas de contact direct mais suivi des assises)
    Pour moi, Le mot juger n’est pas un mot banal à placer dans bien des sauces, c’est un mot qui a un sens bien particulier tant dans la forme que dans le fond.
    Ne parlons pas des avocats de la défense dans leurs rôles et des huissiers qui appliquent les commandements.
    Dans chaque cas, j’ai ainsi une histoire, une expérience donc un vécu non pas en tant que coupable mais dans le fait d’être là en tel endroit en tel ou tel moment pour telle ou telle affaire.
    Alors dans l’expérience, le mot juger a pour moi uns signification très concrète et non pas de dire aimer vient de juger.
    je n’ai pas à perdre de temps à juger mais de vivre l’instant, de voir les faits les comprendre (je ne remplace pas le mot comprendre par le mot juger. Quand je parle à quelqu’un je ne lui dis pas je juge ce que tu dis mais je comprend ce que tu dis. je ne lui dis pas voyons je juge que le mot comprendre vient de la racine de jugement alors je juge que je te comprends.

    Pourquoi la racine serait le mot juger ? pourquoi cette racine ne serait elle pas le mot comprendre ? ou alors le mot analyse ainsi par la suite je comprends ce qu’est l’évolution.
    Au fait dans ce mot évolution http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89volution
    Difficile d’y trouver le mot jugement, peut être quelque part… pourquoi pas.

    Pour moi tu peux une fois de plus poursuivre sur ton chemin, il est tien pas le mien, je n’ai pas à en juger, simplement de passer à autre chose.

    Au fait bonne lecture http://www.syti.net/MindVision.html
    Il est la aussi parlé du cerveau, intelligence… L’intelligence aurait-elle pour racine le jugement ?

    #446098

    farmaciaric
    Participant

    Merci de confirmer que tu bloques bien sur le mot jugement qui n’est à tes yeux que La Justice alors qu’il peut avoir bien d’autres significations comme j’ai essayé de te le présenter, tu peux d’ailleurs le vérifier sur un dico : faculté de l’esprit qui compare et qui juge. Ca rejoint mon explication d’échelle de valeurs…

    Par ailleurs ton lien ne fait que confirmer ce que je te dis, comprendre son intuition, son moi profond qui est une accumulation d’expériences et d’infos inconscientes parfois. Donc on en revient à ce que je te disais, les choses ne te viennent pas comme ça, elles ont une cause même si tu crois que c’est spontané. Car ces expériences et infos sont traitées avant d’être emmagasinés. Le cerveau ne les range pas comme ça dans un tiroir, on peut même dire que parfois il les arrange à sa façon pour être en accord avec… tes valeurs et croyances. Et oui… Que tu veuilles ou non, on en revient à ça 🙂

    Jacques, je pense que tu devrais t’intéresser à la PNL / Psycho / Ou même des écrits de feu Xtian sur la pub, à comment les schémas se mettent en place dans le cerveau, etc… Et tu constateras pas toi-même que ton “mental” est loin d’être impartial 🙂

    #446099

    khalidoo
    Participant

    je pense plutôt que je dois conserver mon libre arbitre tel j’ai pu le lire en trouvant ce jour ce texte qui ne fait que confirmer mon raisonnement (pas mon jugement)

    Il est parlé par exemple d’intuition oui mais pas de jugement etc. etc.
    Tu pourras tourner toute ce que tu dis dans tous les sens …

    Ainsi de ne pas juger en fonction de ce que tu me dit, pas besoin, mais de penser par moi-même.

    Ainsi si le cerveau emmagasine des donnée (je n’ai jamais dis le contraire), Ils ne parlent pas qu’être intuitif vient de jugement que tu le veuille ou non !

    Et ce n’est pas parce que toi tu vois que tout viendrait du jugement que je vais être ton béni-oui-oui. Même si tu devais me juger ainsi, ce ne serait que “ton jugement”, pas le mien.

    #446100

    farmaciaric
    Participant

    Il ne parle pas de jugement comme il ne parle pas de non-jugement d’ailleurs…

    Encore une fois tu bloques sur ce mot au lieu d’essayer de comprendre ce que dit le texte, citation de ton site :

    L’intuition résulte des synthèses d’informations qui s’effectuent de manière inconsciente dans le cerveau droit qui travaille de façon analogique et intuitive, tandis que le cerveau gauche travaille selon un mode logique et rationnel. Ces synthèses d’information intègrent l’ensemble des informations que nous enregistrons dans notre mémoire, y compris les perceptions que nous n’avons pas conscience de mémoriser mais qui sont malgré tout enregistrées par l’inconscient.

    Donc l’intuition ne vient pas comme ça. Elle a une base d’informations et d’expériences. Quand une information entre dans le cerveau, elle a passé un tas de filtres qui sont tes valeurs et tes croyances. Donc, si il y a évaluation sur une échelle, il y a jugement. C’est ce qui fait que tu n’es pas un légume et que tu vas mieux aimer telle chose par rapport à une autre. Ce que je te dis là n’est pas une théorie, c’est avéré depuis des années que le cerveau filtre et n’est pas impartial. Je t’invite à nouveau à lire un bon livre de PNL ou de Psycho.

    Au final tu crois te fier à du spontané en parlant de l’intuition mais ce n’est pas le cas puisqu’elle n’arrive pas comme ça et qu’elle se fonde sur un emmagasinage d’infos et d’expériences évaluées et notées par ton système de valeur (je ne dis pas “jugées” sinon je vais encore te mettre mal à l’aise :)).

    C’est pour ça que je te dis et répéte que le non-jugement n’existe pas puisque, par définition, ton mental n’est pas neutre et a des échelles de valeurs 🙂

    #446101

    khalidoo
    Participant

    Je ne vois pas où il est situé le mot jugement
    bref … pas besoin de davantage d commentaire

    #446102

    khalidoo
    Participant

    Cela me laisse cette liberté de ne pas avoir à juger tel ou tel face à une situation.

    #446103

    khalidoo
    Participant

    L’intuition résulte des synthèses d’informations qui s’effectuent de manière inconsciente dans le cerveau droit qui travaille de façon analogique et intuitive, tandis que le cerveau gauche travaille selon un mode logique et rationnel. Ces synthèses d’information intègrent l’ensemble des informations que nous enregistrons dans notre mémoire, y compris les perceptions que nous n’avons pas conscience de mémoriser mais qui sont malgré tout enregistrées par l’inconscient.

    Est-ce que quelque par j’ai exprimé le contraire ?

    #446104

    Anonyme

    J’ai réfléchis à la phrase qui me motivait le plus.

    J’ai trouvé.

    C’est

    “A table….”

    Après, il y a un degré de motivation…
    “A table, il y a des crêpes”.

    Bon, on règle générale l’odeur suffisait par elle-même…
    J’en conviens.

    “A table, il y a du fenouil à la vapeur”
    Là aussi, je trouvais la motivation nécessaire au moins pour m’occuper facilement et sans être dérangé sur un épineux devoir qui n’aurait su plus attendre.

    #446105

    alicawoolley949
    Participant

    le “casseur” de discours philosophiques a frappé ! 😆

    #446106

    Anonyme

    C’est que j’ai mis du temps pour trouver “the” phrase.

    😳

12 sujets de 91 à 102 (sur un total de 102)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Aller à la barre d’outils