des chiffres

Ce sujet a 574 réponses, 36 participants et a été mis à jour par Photo du profil de jacques.hesault jacques.hesault, il y a 3 ans et 6 mois.

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 576)
  • Auteur
    Messages
  • #276245
    Photo du profil de calumette
    calumette
    Participant

    Denise DESJARDINS a écrit un livre “Mère, sainte et courtisane” qui me fait penser au “calcul savant” que je viens d’évoquer.

    J’ai lu ce livre il y a une vingtaine d’années environ … j’en comprends tout son sens aujourd’hui.

    Calumette

    #276246
    Photo du profil de braveheart
    braveheart
    Participant

    vite fait bien fait :)) , ce que je perçois dans ton rêve sur “l’argent” , pas de la monnaie bien sûr , mais “l’argent” couleur du féminin et le sable représentant la sensualité – en un mot : tu es prête à vivre ton fémimin dans l’accueil des sens et de ton écoute intérieure ! …….mouais!!:))
    @+:))

    #276247
    Photo du profil de anonymous
    anonymous
    Participant

    Bonjour à tous,
    Ton rêve m’interpelle Calumette.
    L’argent est aussi en rapport avec la lune. Il appartient à la chaîne symboliques lune-eau., bien sûr au principe passif, fémin.
    Blanc, lumineux, il est également le symbole de la pureté.
    Il met en évidence la netteté de ta conscience, l’honnêteté, la droiture.
    La lumière pure.
    Le sable : comme le dit Braveheart, à la sensualité.
    Aussi, il est le symbole de la matrice. Pour les psy, cela représente inconsciemment une régression dans l’utérus.
    Donc comme une recherche de repos, de sécurité, de régénération.
    Le tout confondu m’inspire à te dire que peut-être par rapport à ton parcours, tu t’apprêtes à vivre ta féminité avec une nouvelle conscience.
    Dans ce que je sens, pour te régénérer, tu recherches le repos et la sécurité.
    Est-ce que ça te parle, Calumette ?
    Bien amicalement


    Clio

    #276248
    Photo du profil de calumette
    calumette
    Participant

    bonjour Braveheart, Clio et à ceux qui passent

    merci pour votre ressenti exprimé.

    Qui ne cherche pas le repos et la sécurité ?? mais je ne sais pas le vivre !

    J’ai fait un autre rêve cette semaine qui est la suite.

    Je suis sur un vélo (2 roues), je viens de terminer de grimper la côte. C’était dur, j’ai vu des abandons. J’ai pédalé, transpiré !! j’avais la volonté …

    Arrivée en haut, je suis la seule à avoir ce vélo coloré. Les autres étaient uniformes (vert kaki) et tout le monde parlait allemand sauf moi. Nous nous retrouvons tous devant une porte blindée, fermée. Nous devons attendre. A côté un peu plus bas de moi, il y a 2 SS qui donnent des ordres avec une voix à faire trembler l’air … c’est eux qui ont le pouvoir d’ouvrir la porte.
    Un homme étranger à côté de moi parle ma langue et me demande si je suis sûre de vouloir franchir la porte. Il voulait me décourager me disant que je ne savais pas ce qui m’attendait de l’autre côté.
    Je me sentais bizarre avec mon vélo qui ne ressemblait pas à ceux des autres ! Je ne comprenais pas cette différence. Pourquoi eux avaient un vélo uniforme ? le mien me paraissait tout à fait classique, même dans cette circonstance de regroupement.

    nb : je ne sais pas si j’ai franchi la porte. La voix des 2 SS résonnaient encore dans mon réveil.

    merci de m’accompagner dans ce labyrinthe !
    Ma féminité en effet est mon voyage au-delà du mot.
    Calumette

    #276249
    Photo du profil de calumette
    calumette
    Participant

    Le rêve précédemment décrit s’est déroulé dans la nuit de samedi à dimanche. Lors de cette même nuit, j’ai rêvé aussi que je rentrais dans le rêve de ma petite-fille mais elle ne voulait pas m’ouvrir la porte de son rêve et me donnait des coups de pieds dans le dos.

    Je suis en train de lire un roman de Higgins Clark, pour changer complètement mes pensées. Je tombe sur une anecdote dans le livre et je me sers de Google pour vérifier l’information. Rien sur l’info en elle-même ! par contre je tombe sur ceci :

    L’ART DE REVER DE CARLOS CASTANEDA

    Au delà du récit des visions qu’il procure, voyage halluciné ou transe musicale, quel est donc ce rêve qui donne des pouvoirs ? Quelle en est la nature, ? En quoi diffère-t-il de nos rêves ordinaires ?
    Les sociétés chamaniques pratiquaient peu l’écriture. L’Autodafé de Cuzco dura vingt jours, anéantissant les seuls documents qui auraient pu nous éclairer. Grossière fraude selon certains, livres-culte pour d’autres, les récits de l’initiation de Carlos Castaneda par un sorcier Yaqui du Mexique constituent la plus célèbre tentative moderne de description du mystère. Irrationnels, troublants, confus parfois, ils résonnent comme ces rêves auxquels ils se réfèrent sans cesse.
    Comme le récit d’un rêve, qui n’engage que ceux qui le font, ils nous demandent de “croire sans croire”, de baisser la garde rationaliste que l’on oppose aux propos déroutants, ce que Castaneda lui-même ne cesse de faire avant d’être entraîné dans des mondes improbables. Car là est bien le but de don Juan, le sorcier initiateur. Il s’agit d’entrer à l’intérieur du rêve, afin de visiter le monde-autre, d’en ressortir puissant, libéré des illusions que les perceptions conduisent à prendre pour l’unique réalité alors qu’elle est seulement le fruit de leur consensus. Les hallucinogènes, en modifiant ses perceptions, aident l’apprenti à se débarrasser de son moi dont elles forment la base.
    La “marche de pouvoir” et autres exercices servent à parvenir au geste juste de l’artiste martial, à l’attention parfaite et lucide du guerrier impeccable, seul capable de résister au danger des mondes-autres.
    Parfois plongé en eux par don Juan, qui lui prodigue alors des enseignements dont il reste inconscient, Castaneda acquiert peu à peu le talent de Voir le vivant sous forme d’énergie consciente, boule vibrante de fibres lumineuses dont la fixité du “point d’assemblage” détermine la cohésion de nos perceptions dans l’éveil. De légers flottements de ce point explique la fluctuation et l’étrangeté de nos rêves ordinaires. Passer dans une réalité secondaire implique de le déplacer hors de notre boule énergétique et s’obtient par une maîtrise des rêves que Castaneda met des années à parfaire. Il lui faut sans cesse en cultiver l’intention, non par un effort intellectuel de volonté mais par un “faire sans faire”, un silencieux message de détermination qui fait penser aux conseils donnés à ceux qui ont du mal à se souvenir des rêves.
    Se présentent alors à lui les Portes de Rêver, qu’il doit franchir une à une.
    La première est celle de l’attention. Don Juan invite son disciple à devenir conscient du moment précis où il s’endort, puis à rêver toujours du même décor en essayant de voir ses mains dans son rêve. Afin de ne pas laisser celui-ci passer anarchiquement d’une scène à l’autre, il lui conseille d’observer par de brefs regards indirects chaque objet présent dans le rêve, en revenant chaque fois au premier d’entre eux. Après de longs mois d’échec, Castaneda parvient peu à peu à arrêter le défilé des scènes, ses mains lui apparaissent de plus en plus souvent. Il a atteint la “seconde attention” qui lui procure, en même temps qu’une certaine assurance, de curieuses sensations, comme celle de rouler sur lui-même au moment de l’endormissement, où d’entendre une voix lui enjoignant sans cesse de “regarder les choses” et que don Juan lui conseille de faire taire en hurlant !
    Il est devant la seconde Porte, qui consiste à passer d’un rêve à un autre sans sortir de l’état de rêveur, soit en rêvant qu’il s’éveille du premier pour passer dans le second, soit en atteignant celui-ci à partir d’un élément du premier. Les Rêves qu’il fait alors sont habités par des “êtres inorganiques”, éléments énergétiques conscients, opaques, en forme de fuseaux, de boules, de cloches ou de tigres à dents de sabre, et irrésistiblement attirés par l’énergie humaine. Les “esprits” du chamanisme primitif ? Don Juan ne donne pas la réponse, mais admet la nécessité de prendre comme allié le premier émissaire envoyé par eux, à condition de rester conscient et maître du contact, qu’il enjoint Castaneda de ne pas prolonger en raison de l’inévitable tribut énergétique exigé en échange des pouvoirs accordés. Fasciné et “accro” au voyage, Castaneda dédaigne ses conseils, s’affaiblissant inexorablement jusqu’au jour où, jouant sur sa pitié pour une fillette prisonnière, les êtres inorganiques réussissent à l’attirer lui aussi tout entier, corps physique inclus. Don Juan et ses partenaires sorciers parviennent à le ramener sur terre. Il met des mois à se remettre du choc d’avoir dû vérifier à ses dépens qu’il ne s’agit pas du monde des rêves ordinaires mais bien d’une autre réalité, ce que don Juan lui répètait depuis le début sans qu’il y croie vraiment.
    Il apprend qu’une fois encore il suffit d’exprimer clairement une ferme intention pour que ces êtres le laissent en paix, libre d’accéder au seuil de la troisième Porte, qui consiste à faire fusionner monde du rêve et monde quotidien. Intention, prudence, impeccabilité du guerrier sont plus que jamais nécessaires, et s’acquièrent en rêve par l’observation des détails, sans se laisser absorber par aucun, et dans l’éveil par la récapitulation de toute sa vie. Chaque personne rencontrée, chaque instant vécu depuis son enfance est examiné, d’abord systématiquement puis en laissant son esprit choisir les événements. Aidé par des méthodes respiratoires enseignées par don Juan et par les progrès de sa mémoire obtenus grâce au Rêve, Castaneda se libère ainsi de toute attache affective, de toute charge émotive, et renforce son énergie. Se voir endormi puis stabiliser le point d’assemblage de son corps énergétique dans une nouvelle position constitue l’étape suivante. Il peut alors se déplacer en Voyant l’énergie de tout ce qui l’entoure et rencontrer d’autres êtres inorganiques, encore plus prédateurs. De Rêveur le sorcier devient Traqueur, car tout en se protégeant il doit extraire de ces mondes l’énergie qui lui permet de Voir que la conscience est un rayonnement énergétique universel, dont il se servira comme d’un filin pour accéder, “avec son corps d’énergie et toute notre réalité physique”, aux “autres couches de l’oignon” constituant l’univers. Surviennent alors des voyages fantastiques dont les récits nous laissent pantois, parfois frustrés, volontiers incrédules.
    Tout au long de sa formation, Castaneda se fait l’écho de nos doutes sur la réalité de ces mondes. Onirique ne signifie pas irréel, s’acharne à lui expliquer son maître. La maîtrise du rêve ouvre les sens à un autre état de perception, l’attention que l’on y développe permet tous les exploits, et ceux-ci ont lieu dans des mondes aussi vrais que celui que nous offre nos perceptions normales.
    Pour achever l’apprentissage du rêveur, le “défieur de la mort”, premier sorcier de la lignée de son maître, incarné en femme, lui indique que s’endormir sur le côté droit, genoux légèrement fléchis, lui procurera lors de l’incorporation du corps énergétique le contrôle parfait de l’immobilisation du point d’assemblage, permettant de passer à un monde Rêvé mais parfaitement réel. L’entraînant dans son propre passé, elle lui ouvre la quatrième Porte de Rêver, qui donne sur d’autres lieux encore, concrets, présents soit dans ce monde soit en dehors, ou dans celui de l’intention d’un autre rêveur. En échange de l’énergie dont elle a besoin pour maintenir son immortalité, elle lui offre la capacité de “voler sur les aile de l’intention”, dont, comme des trois Portes suivantes, Castaneda ne dit rien. Voir, Pouvoir, Rêver, les dons sont infinis et les leçons arides. En bon sorcier, en bon praticien du teasing marketing diront les critiques, Castaneda nous laisse ainsi à la fin de chaque livre avec la frustration d’un enseignement inaccessible au commun des mortels, une connaissance partielle apparemment impraticable, et, comme il le dit lui même, le vague “pressentiment que l’incommensurable est à portée de main”. A portée de nos rêves ?

    ….

    #276250
    Photo du profil de anonymous
    anonymous
    Participant

    Calumette bonjour,
    Plusieurs choses m’interpellent dans ton rêve.
    Ce rêve parle de toi. Tous les éléments de ce rêve sont des éléments de toi.
    Il m’apparaît que tu es en train de t’élever vers la spiritualité.
    Je ne te dis que mon ressenti car je ne connais pas ton histoire. Je ne te connais pas précisément.
    Tu parles de vélo coloré, tu précises 2 roues, de côte que tu grimpes, d’allemand, de SS, de porte blindée, porte que tu veux ouvrir, et d’enfant.
    Dans ce que je ressens, ton rêve est très fort et t’indique ton chemin.
    Le vélo est un véhicule. Comme tout véhicule c’est ce qui t’aide à avancer.
    Il symbolise ton évolution qui est en marche : tu vas de l’avant,
    Sur un vélo, il faut fournir des efforts.
    C’est probablement, tous les efforts que tu fais pour avancer dans la vie.
    Il indique un certain équilibre. Tu ne peux l’avoir que si tu te portes en avant.
    Tu précises 2 roues : les roues sont les symboles des cycles.
    Le monde est comme une roue dans une roue, elles se rapportent au monde du devenir et de la création.
    Tu grimpes une côte, cela prouve que tu es en pleine ascension.
    Ce n’est pas facile, il y a des allemands, 2.
    Les allemands évoquent la guerre, qui plus est 2 : la guerre que tu te fais intérieurement avec l’ancienne Calumette et celle qui avance.
    Ta guerre intérieure est plus que douloureuse, ou voire très dure puisque les SS évoquent la souffrance qu’ils font subir.
    Tu peux essayer de trouver tous les mots en S.
    On a déjà évoqué la sensualité. A toi de sentir et de voir tous ceux qui t’inspirent et qui, à ton sens, évoquent des choses que tu veux changer, qu’il te faudrait changer. Cette étape n’est pas facile.
    Ils sont tous uniformes et 2 niveaux en dessous de toi.
    Maintenant tu te sens différente, puisqu’en dessous tout est uniforme.
    La porte qui est blindée va pouvoir être ouverte si tu sais attendre
    L’étranger pourrait éventuellement évoquer, l’ombre, l’inconnu, la peur de l’inconnu, l’étranger est souvent perçu comme un rival potentiel.
    L’évocation de porte est très important dans les rêves : un fort symbolisme : c’est le lieu de passage entre 2 étapes.
    Le rêve précedent te montre la bonne porte, celle de l’inconnu nécessaire à ton évolution. Tu as envie de la franchir, mais cet inconnu te fait peur, alors tu retournes voir la petite fille.
    En conclusion :tu es en train de t’élever vers des champs de conscience supérieur, en plus ton vélo est coloré qui évoque que la lumière se fait en toi.
    Voilà ce que m’inspire tes rêves. Est-ce que ça te parle ?
    Pour moi, tes rêves sont très révélateurs. Ce sont des rêves très forts en “symboliques” qui t’intiquent là où tu en es et ce vers quoi tu vas.
    Bien amicalement

    #276251
    Photo du profil de calumette
    calumette
    Participant

    bonsoir Clio, merci pour toute l’attention que tu portes à mes rêves.

    J’ai une amie très proche qui m’a dit il y a quelques mois que j’avais tous les ingrédients du passage. Je bloque sur quelque chose que je ne veux pas lâcher.

    Ce rêve passé. Après avoir fait une longue marche dans le désert, j’arrive dans une grande medina avec une cour intérieure. Il n’y avait personne. Je suis au milieu de cette cour et tout d’un coup, un boyau venu du ciel vient se brancher sur ma colonne vertébrale et me prend en contact direct. Tout se passe à une vitesse incroyable.

    mon problème ! je me sens toute petite et tout ce que je vois est si grand. Je ne peux pas y arriver toute seule car l’autre côté peut aussi être la folie. Il faut être costaud pour aborder ce ….

    bise Clio
    Calumette

    ps : S comme suspendue et suspendre

    #276252
    Photo du profil de braveheart
    braveheart
    Participant

    recoucou:)

    bê moi ce que je vois de ce rêve , c’est que le “vélo” représente la libido (comme le cheval d’ailleurs) ….se mettre en selle, chevaucher sa “monture” , c’est être à l’aise dans sa libido , or dans ce rêve , ça te demande un effort , c’est la grimpette et c’est difficile ! ça résonne un peu comme si tu devais sentir ce que tu vis comme difficulté dans ta sexualité , par rapport au féminin…..à savoir , difficulté à s’abandonner….manque de confiance…etc…etc… Voilà Mdam’ c’t un autre point de vue 🙂
    bonne journée!

    #276253
    Photo du profil de anonymous
    anonymous
    Participant

    Bonjour tout le monde,
    Braveheart, merci pour ton point de vue.
    Je le trouve très intéressant.
    Je suis en accord avec ce que tu dis. Tu viens d’apporter de “l’eau à mon moulin”.
    De toute évidence cela mène vers une nouvelle conscience, ne penses-tu pas ?
    Bien amicalement

    #276254
    Photo du profil de calumette
    calumette
    Participant

    extrait Castaneda

    Pour achever l’apprentissage du rêveur, le “défieur de la mort”, premier sorcier de la lignée de son maître, incarné en femme, lui indique que s’endormir sur le côté droit, genoux légèrement fléchis, lui procurera lors de l’incorporation du corps énergétique le contrôle parfait de l’immobilisation du point d’assemblage, permettant de passer à un monde Rêvé mais parfaitement réel. L’entraînant dans son propre passé, elle lui ouvre la quatrième Porte de Rêver, qui donne sur d’autres lieux encore, concrets, présents soit dans ce monde soit en dehors, ou dans celui de l’intention d’un autre rêveur. En échange de l’énergie dont elle a besoin pour maintenir son immortalité, elle lui offre la capacité de “voler sur les aile de l’intention”, dont, comme des trois Portes suivantes, Castaneda ne dit rien.

    Voir, Pouvoir, Rêver, les dons sont infinis et les leçons arides

    #276255
    Photo du profil de calumette
    calumette
    Participant

    @braveheart wrote:

    recoucou:)
    bê moi ce que je vois de ce rêve , c’est que le “vélo” représente la libido (comme le cheval d’ailleurs) ….se mettre en selle, chevaucher sa “monture” , c’est être à l’aise dans sa libido , or dans ce rêve , ça te demande un effort , c’est la grimpette et c’est difficile ! ça résonne un peu comme si tu devais sentir ce que tu vis comme difficulté dans ta sexualité , par rapport au féminin…..à savoir , difficulté à s’abandonner….manque de confiance…etc…etc… Voilà Mdam’ c’t un autre point de vue 🙂
    bonne journée!

    recoucou oh si !

    merci Braveheart de poursuivre ensemble avec Clio ce monde des rêves/réalité.

    Difficulté ? certes mais je ne la situe pas au 1er niveau de la sexualité. La sexualité à mes yeux est le mi-lieu récepteur Féminin/Masculin.
    Le féminin ? certes c’est une partie très complexe, sensible qui paraît vulnérable par rapport au côté masculin (fort, sûr, un peu guerrier). Le côté masculin m’a permis de passer par des trous infâmes parfois
    Confiance ? certes la confiance est un élément de poids pour se laisser aller, s’abandonner. Je me suis confrontée à bien des terriers différents et je n’ai pas encore pu me libérer de ce que j’ai vu.

    D’où l’expression de Boris Vian :
    “l’expérience c’est comme le papier hygiénique … on s’en sert qu’une fois”

    Ce n’est pas le fait de confiance ou méfiance mais bien le fait de VOIR avec lucidité (sans affect ni émotion).

    Le sens des mots : Suspendue et Suspendre
    Je suis Suspendue dans l’Univers et je dois apprendre à Susprendre le temps … globalité et individualité … simultanément.

    Le Grand dans le Petit … ce n’est pas si facile que cela

    L’inverse est plus aisé … l’espace le lui permet

    merci encore … cela me permet de regarder aussi avec vos yeux du coeur

    Calumette

    #276256
    Photo du profil de anonymous
    anonymous
    Participant

    Merci, Calumette, pour ces précisions.
    Cela m’en dit une peu plus sur Toi.
    Ceci dit, dans ce que je sens, dans tes rêves, ça parle, des 3 points de vue.
    Ce qui me fait penser à ça, c’est que j’ai pu souvent lire ton ressenti dans tes messages, tes questionnements.
    Bien sûr, je sais que c’est insuffisant pour en tirer des conclusions.
    Cependant ton dernier ressenti est très parlant dans ce que tu exprimes.
    Tu parles de suspension dans l’univers. De grand dans le petit.
    N’essaies-tu pas de grimper ? Où grimpes-tu comme ça ?
    Tu t’arrêtes pour regarder ton ascension. 2 SS, un peu plus bas.
    Tu ne comprends pas pourquoi tu es différente et eux, tous pareils.
    N’est-ce pas ta dernière tentative d’aller dans le rêve de ta petite fille.
    Tu parles beaucoup de masculin, partie complexe et qu’ils t’ont fait passer par des trous infâmes. N’y aurait-il pas une “bataille” entre ta partie féminine et ta partie masculine.
    Ces hommes sont rigides dans ton rêve, mais 1 seul semble pouvoir t’auriser à prendre cette porte en te faisant part de tous les dangers.
    Ne serait-ce pas ta partie masculine que tu serais en train d’intégrer avec cette peur de franchir la prochaine étape.
    Ne te sentirais-tu pas plus masculine, ou plus féminine avec l’une ou l’autre manquante. Ca m’interpelle quand-même.
    Braveheart a éclairé ma lanterne. Ne penses-tu pas qu’il te faut y aller pas à pas avant de te “suspendre dans l’univers”.
    Tu dis bien que tu te sens toute petite alors que tout ce que tu vois est si grand. Tu dis bien que tout va à une vitesse incroyable, ne serait-ce pas là ton besoin de ralentir.
    Moi, je sens ton enfant intérieur qui est bien présent. Ne prendrait-il pas beaucoup de place dans ta vie. Ton rêve le montre assez puisque tu veux rentrer dans le rêve de ta petite fille. Ne serait-ce pas de la petite Calumette dont il serait question ?
    Rumi dit : Contemple tous les atomes que tu as en toi-même”
    Avant de te “suspendre” dans l’univers,
    Ne te faudrait-il pas lâcher le mental, un peu ?
    Je te dis comme je le sens.
    J’ai une approche très youngienne.
    Je sens beaucoup de résistances et d’ailleurs tu en parles : c’est dur, je n’y arrive pas……
    Bref, Tous Les messages font leur chemin. Il serait intéressant de savoir ce que tu auras à nous écrire sur le prochain.
    Je prends le temps de sentir et de ressentir par rapport à tout ça, ce que m’inspire ton dernier rêve.
    Bisous

    #276257
    Photo du profil de calumette
    calumette
    Participant

    Ne te faudrait-il pas lâcher le mental, un peu ?

    bonjour Clio

    merci pour ton message. Je vais laisser décanter un peu.

    Quant au mental, c’est en connaissant son processus que je peux le lâcher et rentrer dans la matière (mon corps).

    Ce n’est pas l’un contre l’autre mais chacun avec l’autre sachant qu’ils font partis de chaque extrémité … comme ces 2 bouts d’une même ficelle.

    Le symbole de la croix me parle, non pour sa représentation religieuse, mais parce que j’y vois l’Homme (Nord Sud Ouest Est) sa verticalité et son horizontalité qui se rencontrent.

    merci encore de ton attention
    Calumette

    #276258
    Photo du profil de anonymous
    anonymous
    Participant

    Bonsoir, bonsoir,
    @calumette wrote:

    Ce n’est pas l’un contre l’autre mais chacun avec l’autre sachant qu’ils font partis de chaque extrémité … comme ces 2 bouts d’une même ficelle.

    Je ne peux qu’adhérer dans ton sens dans ce que tu écris.
    Mais Je reviens à ton rêve : qu’évoques pour Toi, les allemands, les SS ?
    Si tu fermes les yeux, et que tu te poses cette question.
    Ton ressenti est important pour moi, cela me permet de mieux te connaitre.
    Bisous
    Clio

    #276259
    Photo du profil de anonymous
    anonymous
    Participant

    Bonsoir, bonsoir,
    @calumette wrote:

    Ce n’est pas l’un contre l’autre mais chacun avec l’autre sachant qu’ils font partis de chaque extrémité … comme ces 2 bouts d’une même ficelle.

    Je ne peux qu’adhérer dans ton sens dans ce que tu écris.
    Mais Je reviens à ton rêve : qu’évoques pour Toi, les allemands, les SS ?
    Si tu fermes les yeux, et que tu te poses cette question.
    Ton ressenti est important pour moi, cela me permet de mieux te connaitre.
    Bisous
    Clio

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 576)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Aller à la barre d’outils