Les stratégies efficaces pour ne plus remettre à demain

Le Club Positif Forums Discussions à thèmes Procrastination et gestion du temps Les stratégies efficaces pour ne plus remettre à demain

Ce sujet a 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  didier, il y a 6 ans.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #237429

    didier
    Participant

    Comme une “gangrène” qui peut vous ronger
    et vous plonger dans les pires difficultés.

    La procrastination est un syndrome pernicieux
    qui s’installe progressivement dans l’existence
    et qui peut engendre les pires difficultés à minima
    … et l’échec in fine.

    Le syndrome se manifeste principalement par
    une habitude négative qui consiste à remettre
    à plus tard ce que l’on doit effectuer (taches, actions, etc).

    Le problème est que la majorité des situations se
    terminent toutes de la même façons ; “on ne fait rien”.

    Très vite s’installe un sentiment d’urgence qui est
    plus ou moins mal vécu par a personne qui procrastine.
    Avec le temps, un puissant sentiment de culpabilité s’installe durablement. La personne souffre et devient vite débordée.

    Mais, il y a pire ! Elle constate avec dépit qu’aucun
    de ses projets n’avancent. Toutes ses bonnes
    intentions, ses plus belles ambitions restent au
    stade de l’imaginaire ou d’actions inachevée.
    L’échec se profile !

    Voici un exemple d’un témoignage sur le site du
    Monde qui décrit parfaitement ce qu’est la procrastination :

    A trois semaines d’échéance de mes partiels, j’ai
    encore une bonne dizaine de livres à engloutir et
    un certain nombre de travaux à préparer, mais
    plutôt que de tirer profit de mon temps libre pour
    rattraper mon retard, je préfère semble-t-il – tout
    stupide que ça puisse paraître –
    livrer mon témoignage au Monde.fr.

    Pourquoi ?

    La question n’est pas bête et je me la pose
    sérieusement. Est-ce dû à ce soleil de plomb qui
    m’invite à l’oisiveté, à une absence totale de
    volonté, à l’ennui promis par la perspective du
    travail à abattre, voire juste à un désintérêt
    chronique vis-à-vis de mes études ?

    La réponse au problème n’est dans aucune
    de ces interrogations.

    La vérité, voyez-vous, c’est qu’une partie poltronne
    de moi-même est dissuadée par l’ampleur de la tâche ;
    elle me persuade que je ne suis pas à la hauteur, que
    dans tous les cas, si je bosse dès maintenant,
    je m’expose au risque de me planter et de
    montrer aux yeux de tous – moi en premier –
    que je ne suis pas le petit génie qu’ils s’imaginent.

    En revanche, si je me tourne vers l’atermoiement,
    si je remets à la toute dernière minute le début
    de mes révisions, alors j’aurai pour moi l’excuse
    – à supposer que je me plante en effet – de m’y
    être pris trop tard, de ne pas avoir eu l’occasion
    de donner la pleine mesure de mes capacités.

    Source :
    http://www.lemonde.fr/societe/article_interactif/2010/03/25/on-ne-choisit-pas-la-procrastination-elle-vient-vous-trouver_1324498_3224.html

    Selon les conclusions du Dr en psychologie,
    Timothy A. Pychyl, professeur à l’Université
    de Carleton à Ottawa et directeur d’un groupe
    de recherche sur le sujet depuis 1995. :

    “«Les gens qui remettent à plus tard sont
    plus stressés, ont de moins bonnes performances
    au travail et une santé plus précaire. En plus,
    ils exaspèrent leur entourage»

    L’erreur que font les “procrastinateur” est qu’ils
    attendent toujours “l bon moment” pour commencer
    ce qu’ils doivent faire. En réalité ce “bon” moment
    n’arrive jamais.Mais alors pourquoi ce problème
    vient perturber la vie tant de personnes.

    # 25 000 échec étudiés

    Pendant presque 30 ans, un homme a effectué
    la plus grande recherche sur les causes de
    l’échec et du succès. Napoléon Hill, a analysé
    en répertoriant les cas de 25 00 échecs.

    Il en est arrivé à la conclusion limpide que la
    PRINCPALE cause de l’insuccès est le “facteur d’indécision”.
    c’est à dire, de remettre à plus tard ses engagements.

    # Le cerveau mal utilisé est responsable

    Ne l’oublions pas, la structure du cerveau
    humain est un réseau d’une extrême complexité.
    ce qui nous différencie de l’animal est justement
    que lui, il ne procrastine pas. Quand il a faim,
    ou qu’il doit se protéger, il le fait sur le champ.

    Les être humain ont inventé le confort. Or, le confort
    psychologique est à la source du problème de
    “remettre à plus tard”. c’est à dire, que la personne
    qui procrastine ressent plus de plaisir à ne pas agir
    qu’à entrer en action. C’est une forme de lutte
    interne psychologique qui s’installe.

    # La solution ? Découvrir et exploiter nos potentialités d’action

    En réalité, chaque personne possède des ressources
    endormies qui peuvent nous faire apprécier PLUS
    de plaisir à agir. Ces potentialités peuvent apparaître
    et se déclencher sous l’actions :

    – d’une forte motivation (plus élevée que celle du
    confort relatif de ne rien faire)

    – D’une mobilisation des énergies psychiques en
    utilisant des pensées “actives puissantes”.

    – la mise en place progressive d’habitudes salutaires
    et vertueuses

    – Le contrôle de son activité mentale

    – La gestion optimale de son temps

    Voici quelques conseils que je vous indique dans cette vidéo :
    http://www.developpement-personnel-club.com/article-teleconference-comment-changer-vos-projets-en-realite-63557196.html

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.