L’animal et la religion

Ce sujet a 95 réponses, 18 participants et a été mis à jour par  Anonyme, il y a 7 ans et 3 mois.

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 97)
  • Auteur
    Messages
  • #337039

    moses
    Participant

    Bonsoir, Paix et tout Bien.
    Un grand merci à Cerf Blanc.
    Qu’il est bon quand un homme ne garde pas pour lui seul le savoir!
    Je pense ne pas me tromper quand j’ai lu la valorisation pour le régime végétarien. Or j’ai lu ce que j’avais compris que le cerveau réduit de l’homme préhistorique pu se développer car cet homme s’est mis à manger de la viande.
    Ainsi la viande si décrié n’est elle pas nécessaire pour le développement du cerveau?
    Serait-il insensé que dans un premier temps le petit de l’homme se nourrisse de viande puis après son développement se mettre au régime végétarien?
    ______________________
    semons la joie

    #337040

    zouz33
    Participant

    Livre d’Hermes Trismegiste, Tablettes d’Emeraude de Thoth : 11.7

    Le SEIGNEUR DU NEUF s’est alors adressé à moi :

    ‘Ô Thoth, tu es grand parmi les enfants de la terre mais il y a des mystères que tu ignores.
    Sache que tu proviens d’un espace-temps en dessous et que tu voyageras dans un espace-temps au dessus.
    Mais tu ne connais pas grand chose des mystères qui se cachent dans ces dimensions.

    Sache que tu es un tout dans cette conscience et que tu es en même temps une cellule dans un processus de croissance.

    La conscience sous-jacente à toi est en constante expansion et cela selon des modes différents que ceux que tu connais.
    Elle est également différente selon les êtres, même s’ils sont proches de toi.
    La façon dont tu t’es développé et qui se poursuit dans le présent fait en sorte que tu es un être qui est à la fois une cause et un effet.
    Aucune conscience ne revient sur le sentier qu’elle a déjà parcouru sinon tout ne serait que vaine répétition.

    Chaque conscience de cette époque suit son propre chemin jusqu’à la fin ultime.

    Chacune joue son rôle dans le Plan du Cosmos.
    Plus son cycle est grand et plus grande sont ses capacités et ses connaissances pour fusionner avec la Loi du Tout.

    Ceux qui se situent au niveau des cycles plus petits travaillent sur des portions mineures de la Loi, alors que, nous qui sommes du cycle qui s’étend jusqu’à l’infini, nos efforts nous conduisent à élaborer une plus grande Loi.

    Chacun a sa partition à jouer dans les cycles. Chacun a un travail à compléter sur sa voie.

    Le cycle en dessous n’est pas vraiment en dessous mais il est là en fonction d’un besoin.

    La fontaine de la sagesse qui propulse tous les cycles est constamment à la recherche de nouveaux savoirs et de nouveaux pouvoirs.

    L’acquisition de nouvelles connaissances repose sur la pratique, et la sagesse provient seulement du savoir.

    Tous les cycles proviennent de la Loi.
    Ils sont des moyens d’augmenter la conscience puisque la Loi est sur un plan qui est à la source du TOUT.

    Le cycle qui se trouve en dessous n’est pas vraiment en dessous mais dans un autre espace et un autre temps.
    C’est pourquoi il ne vibre pas au même niveau.
    Mais la conscience de ce niveau travaille et élabore des choses qui vibrent à un niveau inférieur que le tien.

    Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.
    Sache donc que tout comme tu travailles à un niveau supérieur, il y en a d’autres qui sont au-dessus et qui travaillent sur un autre plan avec d’autres lois.

    La seule différence qu’il y a entre les cycles est dans la capacité de travailler avec la Loi.

    Nous, qui travaillons dans des cycles au delà, sommes ceux qui avons émergés les premiers de la SOURCE.
    Dans notre périple à travers l’espace temps nous avons acquis la capacité d’utiliser des Lois tellement vastes qu’elles dépassent de beaucoup la conception de l’homme.

    En fait il n’y a rien qui soit en dessous de toi, ce sont seulement des façons différentes d’utiliser la LOI.

    Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Parce que tout est contenu dans l’UNITÉ qui est la source de la LOI.
    La conscience qui est en dessous est une partie de toi tout comme nous sommes une partie de toi.

    Toutefois, l’enfant ne possède pas le même savoir que lorsqu’il est devenu un adulte.
    Compare ceci avec les cycles que traverse l’homme dans son voyage de la naissance à la mort et voit que le cycle en dessous est comme l’enfant avec les connaissances qu’il possède ;
    ensuite regarde toi comme l’enfant devenu adulte et qui avance en sagesse et en savoir à mesure que le temps passe.
    Il en est de même des cycles de conscience, des enfants à différents stages de leur croissance et pourtant tous proviennent d’une source unique ;
    la sagesse et tous y retourneront à nouveau.’

    Il cessa ensuite de parler pour siéger dans le Silence des Seigneurs.
    Plus tard il s’adresse à nouveau à moi :

    ‘Ô Thoth, il y a longtemps que nous siégeons dans l’Amenti pour préserver la flamme de la vie.

    Pourtant nous sommes conscients que nous sommes à l’intérieur de ces grands cycles bien que notre vision nous permette de voir au delà.

    Malgré tout, à nos yeux rien n’est plus important que la croissance perpétuelle de notre Âme. Nous savons que la chair est passagère.
    Les choses qui comptent pour les hommes ne sont rien pour nous.

    Nos aspirations dépassent le corps, nous visons à perfectionner notre âme.

    Lorsque les hommes sauront enfin que rien ne compte plus que la progression de l’Âme ils seront libres de tous les asservissements et pourront travailler librement en harmonie avec la Loi.

    Sache, Ô homme, que tu dois aspirer à la perfection parce que c’est ainsi que tu atteindras le but.
    Tu dois savoir que rien n’est parfait et pourtant tu dois en faire ton aspiration et ton but.’

    La voix de Neuf cessa et ses paroles s’engloutirent dans ma conscience.

    Thoth Hermès Trimégiste

    La Clef de ce qui est en haut et de ce qui est en bas

    #337041

    zouz33
    Participant

    L’amour des animaux
    (de Charles Wackenheim, Prêtre théologien,
    paru dans le Journal La Croix. Libre Opinion)

    Par l´amour qu´ils inspirent et par la fidélité dont ils font preuve,
    les animaux domestiques enseignent aux hommes des vertus qui
    leur manquent trop souvent.

    Diane, ma chienne est morte. Doucement, discrètement, sans vouloir
    déranger. Comme elle était venue il y a onze ans. Le vétérinaire venait
    de découvrir un mal sournois, qui, si l´animal avait vécu plus longtemps,
    lui aurait probablement imposé un terrible calvaire.

    Les animaux ont-ils une âme ? Peut-on les dire immortels ?
    La promesse d´une résurrection et d´une nouvelle création les concerne-
    t-elle au même titre que les humains ? Certes, la Bible place l´homme
    au centre et au sommet de l´univers, mais c´est pour confier au genre
    humain la gérance responsable de la création. L´homme ne mérite sa
    position privilégiée que dans la mesure où il exerce cette mission qui
    l´associe au Créateur et que le poème de la création applique au monde
    animal au point d´exclure les bêtes de l´alimentation humaine (Gn 1 ,29).

    La mort d´un animal domestique, et le travail de deuil qui en découle
    pour l´homme, confère à la grande fresque biblique un contenu
    saisissant. Pour ma part, je me suis efforcé d´offrir à Diane une
    existence libre et heureuse. L´équité et la gratitude me poussent à dire
    aujourd´hui tout ce que je dois à cette partenaire que j´avais accueillie
    d´emblée comme un don de Dieu et dont je crois qu´elle est à jamais
    dans la main paternelle du Créateur.

    «Partenaire», car j´ai fait avec cette bête l´expérience d´une authentique
    vie relationnelle. Relation par trop inégale ? Il me semble, au contraire,
    qu´une telle attitude nous dispose à prêter attention à l´autre, à le servir
    le premier, à tenir compte de ses difficultés et à pratiquer un partage
    désintéressé. Diane, en tout cas, me considérait, moi, comme une
    personne. Elle venait me dire bonjour tous les matins et elle se levait
    pour me saluer chaque fois que je rentrais à la maison. Ses émotions
    et ses sentiments s´affichaient sans la moindre duplicité. En vrai berger
    allemand, elle vouait à son maître un attachement jaloux. L´œil et
    l´oreille sans cesse aux aguets. D´humeur toujours égale (ce qui n´est
    pas mon cas), elle ignorait la rancune et le ressentiment.

    Je me disais souvent que si les relations entre humains réunissaient
    l´ensemble (ou une partie seulement) de ces qualités, les problèmes
    dans lesquels nous nous débattons seraient sans doute moins
    désespérants. Quant à la résurrection des morts, à laquelle nous croyons
    en tant que chrétiens, peut-on la concevoir autrement qu´en termes
    relationnels ? Comment ne pas espérer que les animaux qui auront
    contribué à façonner notre tissu relationnel auront part eux aussi,
    et à leur manière, au sort qui nous est promis ?

    Par la brièveté même de sa vie, l´animal nous rappelle tous les jours
    notre condition mortelle et la fragilité – en même temps que le prix –
    de tout ce qui vit. Il remet chacun à la place que lui assigne l´ordre
    de la création : moi, un individu parmi des milliards d´autres, mammifère
    au milieu d´innombrables familles de vivants, jetés dans un univers
    énigmatique. Espiègle, joueur, infatigable, il dégonfle bien des
    baudruches et réussit à dérider les visages les plus sombres. Une
    mystérieuse complicité lie ainsi les animaux aux enfants.

    En langage franciscain, Diane m´est toujours apparue comme une petite
    sœur qui attendait beaucoup de son frère mais qui, mine de rien, lui
    enseignait en retour des vertus aussi fondamentales que la patience,
    la fidélité et l´espérance.

    Durant onze longues années, ma chienne fut un modèle de patience.
    Elle a même passé le plus clair de son temps à m´attendre. Qui d´entre
    nous est capable d´attendre avec une telle constance l´arrivée d´un
    être cher, la conversion d´un ami égaré ou la lente maturation d´une
    décision importante ? Qui dit patience dit fidélité. Celle des chiens ne
    nous renvoie-elle pas à notre propre difficulté à établir une relation
    fidèle ?

    Par-dessus tout, je rends grâce à Dieu, d´avoir, en compagnie de Diane,
    mieux compris ce qu´est l´espérance. L´affection et le dévouement
    d´une bête nous autorisent à espérer que les hommes cesseront enfin
    d´exploiter, de maltraiter et de torturer les animaux ; espérer que nous
    reconnaîtrons de mieux en mieux dans la riche diversité du monde animal
    un message de générosité et de paix de la part du Créateur ; espérer
    que les générations à venir sauront respecter en vérité le superbe jardin
    que Dieu nous confie et subordonner la loi « naturelle » du prédateur
    à la dynamique divino-humaine de la charité.

    La création est une, et la fabuleuse aventure de la vie rend tous les
    vivants solidaires les uns des autres. Pour le meilleur et pour le pire.
    Y a-t-il démarche plus humanisante que celle d´une bête qui, dépourvue
    de tous les instruments de l´avoir et du pouvoir, réussit à rappeler à des
    humains leur vocation la plus haute ? Tout au long de sa vie, et
    jusqu´aux portes de la mort, Diane a témoigné d´une simplicité, d´une
    dignité, voire d´une élégance que beaucoup d´entre nous pourraient lui
    envier. Ce n´est donc pas la tristesse qui m´envahit au lendemain de
    son départ. Le vide qu´elle laisse appelle la reconnaissance et
    l´émerveillement. Il stimule la ferme volonté d´œuvrer pour que fructifie
    les trésors de tendresse et de compassion déposés par Dieu dans le cœur
    de ses créatures, à commencer par les plus humbles.

    #337042

    tom17310
    Participant

    Diane, drôle de nom pour une chienne 🙄 .

    #337043

    dsed98
    Participant

    Description

    C’est la fille de Latone (Léto) et de Jupiter, sœur jumelle d’Apollon, née sur l’île d’Ortygie appelée plus tard Délos. Elle vint au monde quelques instants avant son frère. Témoin des douleurs maternelles, elle conçut une telle aversion pour le mariage, qu’elle demanda et obtint de son père la grâce de garder une virginité perpétuelle comme sa sœur Minerve (Athéna). C’est pour cette raison que ces deux déesses reçurent de l’oracle d’Apollon le nom de Vierges blanches. Jupiter l’arma lui-même d’un arc et de flèches, et la fit reine des bois. Il lui donna pour cortège soixante nymphes, appelées Océanies, et vingt autres nommées Asies, dont elle exigeait une inviolable chasteté.

    Avec ce nombreux et gracieux cortège, elle se livre à la chasse, son occupation favorite. Toutes ses nymphes sont grandes et belles, mais la déesse les surpasse toutes en taille et en beauté. Comme son frère Apollon, elle possède différents noms : sur terre, elle est connue sous le nom de Diane ou Artémis : au ciel, Luna (la Lune) ou Phœbé ; aux Enfers, Hécate. Elle avait en outre un grand nombre de surnoms, selon les qualités qu’on lui attribuait, les contrées qu’elle semblait favoriser, les temples où on l’honorait.

    Quand Apollon (le Soleil) disparaît à l’horizon, Diane (la Lune) resplendit dans les Cieux et répand discrètement sa lumière dans les profondeurs mystérieuses de la Nuit. Ces deux divinités ont des fonctions non identiques, mais semblables : alternativement, elles éclairent le monde ; de là leur caractère de fraternité. Apollon est célébré de préférence par les jeunes garçons ; Diane, plutôt par les chœurs de jeunes filles.

    Caractère

    Cette déesse est grave, sévère, cruelle et même vindicative. Elle sévit sans pitié contre tous ceux qui ont provoqué son ressentiment. Elle n’hésite pas à détruire leurs moissons, à ravager leurs troupeaux, semer l’épidémie autour d’eux, à humilier, faire périr même leurs enfants. À la prière de Latone, sa mère, elle se joint à Apollon, pour percer de ses flèches tous les enfants de la malheureuse Niobé, qui s’est vantée de sa plus nombreuse descendance. Elle traite ses nymphes avec la même rigueur, si elles oublient leur devoir. Callisto en fit ainsi l’amère expérience.

    Un jour, Actéon, dans une partie de chasse, la surprend au bain : elle lui jette de l’eau au visage ; il est aussitôt métamorphosé en cerf et dévoré par ses chiens. Un autre jour, dans un accès de jalousie, elle perce de ses flèches ou fait périr cruellement Orion qu’elle aime et qui s’est laissé enlever par l’Aurore. Opis, compagne de Diane, n’eut pas un sort plus heureux.

    Vierge implacable, Diane s’éprit cependant pour la beauté d’Endymion. Ce petit-fils de Jupiter avait obtenu du maître de l’Olympe la singulière faveur d’un sommeil perpétuel. Toujours jeune, sans jamais sentir les atteintes de la vieillesse, ni de la mort, Endymion dormait dans une grotte du mont Latmos, en Carie. C’est là que Diane ou la Lune venait chaque nuit le visiter.

    Domaine

    Les forêts, les clairières et les sources. En général tous les lieux de marge entre deux univers, entre la sauvagerie et la civilisation : c’est elle qui règle le passage d’un monde à l’autre.

    Culte

    * La biche et le sanglier lui étaient particulièrement consacrés. On lui offrait en sacrifice les primeurs de la terre, des bœufs, des béliers, des cerfs blancs, quelquefois des victimes humaines. On sait que le sacrifice d’Iphigénie a inspiré plus d’un poète tragique. En Tauride, tous les naufragés sur cette côte étaient immolés à Diane ou jetés en son honneur dans un précipice. En Cilicie, elle avait un temple où les adorateurs marchaient sur des charbons ardents.

    * Son temple le plus célèbre était incontestablement celui d’Éphèse. Durant deux cent vingt ans, toute l’Asie concourut à le construire, l’orner et l’enrichir. Les immenses richesses qu’il contenait furent sans doute la cause des différentes révolutions qu’il éprouva. On prétend qu’il fut détruit et reconstruit sept fois. Cependant l’histoire ne mentionne que deux incendies de ce temple : le premier par les Amazones, le second par Érostrate, la nuit même où naquit Alexandre le Grand. Il fut entièrement détruit l’an 263, sous l’empereur Gallien.
    ….

    suite à ta remarque recha, je suis allée sur wikipédia étoffer un peu ce que je savais sur diane la déesse de la forêt/chasse.

    je le partage ici et dirai encore:

    rien n’est jamais dû au hasard, il y a toujours une signification à tout…

    😉 😀

    #337044

    zouz33
    Participant

    @jnf wrote:

    je le partage ici et dirai encore:

    rien n’est jamais dû au hasard, il y a toujours une signification à tout…

    Merci jnf ,

    La signification-“interprétation” se trouve au coeur des yeux,
    qui au delà du simple regard extérieur : voient le sens intérieur en soi.
    Nous avons toujours le choix , le libre-arbitre dirais-je ,
    entre apporter de l’eau à notre moulin ou mettre de l’huile sur notre feu!

    @jnf wrote:

    suite à ta remarque recha, je suis allée sur wikipédia étoffer un peu ce que je savais sur diane la déesse de la forêt/chasse.

    Très interressant ce texte dans lequel nous pouvons constater une fois de plus,
    que l’idée du sacrifice animal et humain remonte à la nuit des temps,
    et que l’un et l’autre sont intimement liés .

    @wikipédia wrote:

    Culte

    * La biche et le sanglier lui étaient particulièrement consacrés. On lui offrait en sacrifice les primeurs de la terre, des bœufs, des béliers, des cerfs blancs, quelquefois des victimes humaines. On sait que le sacrifice d’Iphigénie a inspiré plus d’un poète tragique. En Tauride, tous les naufragés sur cette côte étaient immolés à Diane ou jetés en son honneur dans un précipice. En Cilicie, elle avait un temple où les adorateurs marchaient sur des charbons ardents.

    *Iphigénie: Elle allait périr sous le couteau du sacrificateur, quand
    Artémis, décida de lui substituer une biche, l’enleva dans une nuée,
    et la transporta à Tauride.

    -> Iphigénie

    Ont peut constater ici encore qu’au cours de l’histoire de l’humanité
    nombre d’ animaux et d’humains subissent inlassablement
    les maux des pensées tortueuses des “divinités”
    Ces pratiques “sacrificielles” avec la venue de Jésus -Christ
    devaient prendre fin si le message avait été accepté par tous .
    Mais l’esprit des générations ne se change pas vite .
    Plus de deux mille encore d’histoire derrière nous
    n’ont pas suffit à faire disparaître ces carnages
    servant les forces du mal ainsi que leurs adeptes
    et leurs ravages s’est étendu à l’échelle mondiale.
    Mais il apparaît que plus forte encore que l’ombre ,
    la lumière lentement mais sûrement
    est en train de reprendre ses droits et son territoire.

    Bon aujourd’Hui


    Sacrifice d’Iphigénie d’après Tiepolo
    © Weimar Staatliche Kunstsammlungen

    #337045

    domhalp
    Participant

    Diane, drôle de nom pour une chienne

    heu……j’ai eu une chatte qui s’appelait Suzie……et alors?

    mdr……c’est de mauvaise foi quand même surtout que son
    partage était touchant ……………j’ai un chien que j’adore et
    qui se nomme Veinard………et il m’attend, toujours joyeux pas
    comme moi………donc qu’est-ce que ça peut foutre le prénom
    d’un chien………..même chose pour le prénom d’un humain…

    Réal….Nathalie……….pas très original!

    Nathalie.

    p.s.: Jupiter…..les dieux grecs.. 🙄 ….à chacun ses croyances quand ça fait leurs affaires.

    #337046

    dsed98
    Participant

    je ne relèverais rien sur le prénom du minou,
    ça pourrait tourner à… heu… un truc pas catho 😉

    par contre, je rouspête: Nathalie c’est le plus beau prénom du monde!

    😆 😆 😆

    #337047

    domhalp
    Participant

    Non.

    C’est le prénom des années 68…..donné en quantité industrielle suite à des chansons débiles.

    Nathalie.

    #337048

    dsed98
    Participant

    noël. natalité. nathaliiiiiiiiiie!
    moi z’aime!

    et aussi charlotte et eva.
    surtout eva.

    8)

    #337049

    domhalp
    Participant

    ça pourrait tourner à… heu… un truc pas catho

    mrddddd…..j’viens de saisir………t’inquiète ma propre chatte porte un autre nom mais c’est entre l’amoureux et moi. hé hé!

    😆

    Nath.

    #337050

    dsed98
    Participant

    😆

    #337051

    domhalp
    Participant

    😉

    #337052

    tom17310
    Participant

    Nath a écrit:

    ………donc qu’est-ce que ça peut foutre le prénom
    d’un chien………..même chose pour le prénom d’un humain…

    Réal….Nathalie……….pas très original!

    Veuillez m’excuser si ma remarque concernant le prénom de Diane a pu offenser quelqu’un 😳 ; pour ma part, la seule Diane que j’ai connu n’était pas bête mais pouvait devenir ”animal” en certaines circonstances 😉 .

    Excellente journée.

    Réal

    #337053

    domhalp
    Participant

    Veuillez m’excuser si ma remarque concernant le prénom de Diane a pu offenser quelqu’un

    C’est seulement que, pour moi, le fond (du partage) était plus important que la forme.

    Il n’y a pas d’offense.

    N.

15 sujets de 16 à 30 (sur un total de 97)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Aller à la barre d’outils